« Risque pour la sécurité nationale » : les Etats-Unis bannissent Huawei du marché

29. novembre 2022 | Politique

Interdiction de vente d’appareils d’entreprises tech chinoises en raison de soupçons d’espionnage. Nouvelle étape du conflit commercial avec la Chine.

Les Etats-Unis interdisent la vente et l’importation d’appareils de communication et d’équipements de surveillance de plusieurs entreprises technologiques chinoises. Les appareils présentent un « risque inacceptable pour la sécurité nationale », a fait savoir l’autorité de surveillance des télécommunications FCC. Outre les grands producteurs de smartphones et les équipementiers de réseaux Huawei et ZTE, Hytera Communications, Hangzhou Hikvision Digital Technology et Dahua Technology – fabricants d’équipements de surveillance et de systèmes radio – sont concernés.

Il existe également la possibilité de révoquer des autorisations existantes, a tweeté le commissaire de la FCC Brendan Carr. Pour « la première fois dans l’histoire de la FCC », l’autorisation de nouveaux appareils serait interdite en raison de préoccupations liées à la sécurité nationale, écrit-il encore.

Le gouvernement américain accuse surtout Huawei d’entretenir des liens étroits avec les autorités chinoises et met en garde contre l’espionnage et le sabotage. L’entreprise rejette ces accusations. Du côté chinois, on estime que les conséquences de l’interdiction sont minimes : au lieu de freiner le développement de la République populaire, la politique de découplage des Etats-Unis ne fera que nuire à l’industrie mondiale et détériorer l’environnement de marché aux Etats-Unis, selon le journal Global Times, proche de l’Etat, qui cite des experts du secteur.

Nouvelle étape dans le conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine

L’interdiction de vente n’est pas une surprise, le président américain Joe Biden avait déjà annoncé il y a un an vouloir exclure par la loi les technologies d’entreprises comme Huawei du marché national. Il poursuit ainsi la politique de son prédécesseur Donald Trump dans le conflit commercial avec la Chine, écrit le Washington Times. Afin de freiner le développement technologique de la République populaire et de renforcer sa propre avance, des contrôles à l’exportation ont déjà été mis en place cette année pour les puces semi-conductrices. Les investissements des entreprises technologiques américaines en Chine sont également limités.

De nombreuses mesures visent à réduire la dépendance vis-à-vis des importations chinoises de matières premières critiques. La République populaire est par exemple le plus grand producteur mondial de terres rares, qui sont nécessaires pour les moteurs électriques et les éoliennes ainsi que pour l’électronique grand public. Les États-Unis investissent donc de plus en plus dans de nouvelles chaînes d’approvisionnement en minéraux critiques et encouragent aussi bien l’extraction et la transformation locales des matières premières que leur récupération secondaire par le recyclage.

Un découplage économique significatif de la Chine prend toutefois aussi du temps. L’importance de la dépendance actuelle a été démontrée récemment par une dérogation accordée aux alliages de terres rares chinois utilisés dans les avions de combat américains. Leur importation est normalement interdite par les réglementations nationales sur l’approvisionnement.

Photo: iStock/Bill Chizek

énergies renouvelables 2030