L’armée américaine veut investir dans les ressources naturelles du Canada

17. novembre 2022 | Politique

L’importance du pays pour les chaînes d’approvisionnement internationales ne cesse de croître.

Minerai de fer, uranium et nickel : le Canada est l’un des principaux fournisseurs de matières premières au monde. Depuis le printemps 2022, le pays exploite en outre des terres rares, nécessaires à la transition énergétique et aux transports, mais aussi à la technologie militaire. Il n’est donc pas étonnant que le voisin du sud, les Etats-Unis, ou plutôt l’armée américaine, s’intéresse également à ces matières premières et à d’autres matières premières critiques. Comme le rapporte la chaîne canadienne CBC, les forces armées prévoient de soutenir financièrement des projets miniers afin de réduire la dépendance vis-à-vis des importations chinoises. De son côté, le gouvernement canadien a déjà mis à disposition une liste de projets correspondants qui se qualifient pour le soutien de l’Etat, poursuit CBC.

Les moyens financiers proviennent du Defense Production Act, une loi datant de l’époque de la guerre froide, à laquelle le président américain Joe Biden a eu recours cette année pour développer le secteur minier national. Le terme « domestique » est interprété de manière très généreuse, en référence aux liens très étroits que les deux pays entretiennent depuis des décennies dans le domaine militaire. Le Canada n’accueille pas tous les investissements étrangers dans son secteur minier, comme l’a montré l’ordre donné à trois entreprises chinoises de renoncer à leur participation dans des producteurs canadiens de lithium. Cette mesure, fortement critiquée par la Chine, a été justifiée par la nécessité de préserver la sécurité nationale.

Photo : iStock/mg7

énergies renouvelables 2030