Une usine américaine d’aimants de terres rares voit le jour

26. avril 2022 | Marché

MP Materials lance la construction de son usine d’aimants en terres rares au Texas. Les produits serviront notamment à approvisionner le constructeur automobile américain General Motors.

L’entreprise minière américaine MP Materials a lancé la construction d’une usine de métaux, d’alliages et d’aimants de terres rares à Fort Worth, au Texas. Le début de la production est prévu pour fin 2023. MP Materials annonce une capacité de production d’environ 1.000 tonnes d’aimants néodyme-fer-bore par an, suffisante pour environ 500.000 moteurs électriques, l’usine étant évolutive. Les matières premières proviendront de la mine Mountain Pass de l’entreprise en Californie, actuellement le seul site de production de terres rares en Amérique du Nord.

Un accord de livraison a déjà été conclu avec le constructeur automobile américain General Motors. L’entreprise basée à Detroit se procurera des terres rares, des alliages et des aimants finis pour les moteurs électriques de plus d’une douzaine de modèles auprès de MP Materials.

La chaîne de valeur américaine des terres rares prend forme

Selon MP Materials, l’usine prévue sera la première de ce type aux États-Unis. Tout comme la mine Mountain Pass, elle joue un rôle important dans les efforts actuels des États-Unis pour établir un approvisionnement en terres rares indépendant de la Chine. Actuellement, plus de 90 % des aimants en terres rares, qui sont utilisés non seulement dans les moteurs électriques mais aussi dans les éoliennes par exemple, sont fabriqués en République populaire. La Chine est également le plus grand producteur mondial de terres rares. Jusque dans les années 1990, Mountain Pass couvrait la majeure partie de la consommation mondiale de terres rares, mais a ensuite perdu de son importance en raison des réglementations environnementales et de la concurrence de la Chine.

Depuis 2017, MP Materials est propriétaire et exploitant de la mine californienne. En février, la société minière a reçu 35 millions de dollars américains du budget du ministère de la Défense afin d’encourager la mise en place d’une chaîne d’approvisionnement nationale complète pour les aimants permanents. L’entreprise elle-même a indiqué qu’elle investirait 700 millions de dollars dans ce projet d’ici 2024.

Ce n’est qu’en décembre que General Motors et Vacuumschmelze (VAC), un fabricant allemand de matériaux magnétiques, avaient également annoncé la construction commune d’une usine d’aimants de terres rares. Une usine de production du fabricant d’aimants Quadrant est prévue dans le Kentucky.

Photo: iStock/carcar797

énergies renouvelables 2030