Une nouvelle usine d’aimants prévue aux États-Unis

1. février 2022 | Marché

Au Kentucky, la production d’aimants permanents en terres rares est prévue pour l’avenir.

Les aimants permanents en terres rares sont irremplaçables pour de nombreuses technologies. L’électromobilité et les énergies renouvelables, notamment, sont actuellement considérées comme des moteurs de la consommation croissante de ces matières premières stratégiques et des composants qui en sont issus. Cela nourrit les inquiétudes quant à une dépendance encore plus forte vis-à-vis de la Chine, le principal exportateur d’aimants en terres rares. C’est également le cas aux États-Unis, où les efforts visant à assurer un approvisionnement autonome en aimants se sont multipliés (nous en avons parlé).

Le Kentucky, situé au sud-est du pays, a désormais lui aussi des nouvelles à annoncer. Le gouverneur Andy Beshear a annoncé vendredi dernier la construction d’une usine d’aimants permanents en terres rares. L’entreprise Quadrant, basée à San Diego en Californie, investira plus de 95 millions de dollars US et créera environ 200 emplois à Louisville. « Project NeoGrass », tel est le nom de l’usine prévue, couvrira l’ensemble de la chaîne de création de valeur, des prototypes à la production de masse, peut-on lire dans un communiqué de presse de l’entreprise.

Les aimants qui y seront fabriqués seront utilisés dans les industries les plus diverses, de l’électronique grand public à l’automobile en passant par la technologie médicale. Selon Quadrant, l’usine fonctionnera avec de l’électricité issue de sources renouvelables et la réutilisation des matériaux de production permettra de préserver les ressources.

Photo : iStock/Michael Ien Cohen

énergies renouvelables 2030