Terres rares : Le chef de l’OTAN met en garde contre de nouvelles dépendances

22. novembre 2022 | Politique

La résistance des sociétés et des infrastructures doit être renforcée, appelle Stoltenberg.

La sécurité énergétique et l’approvisionnement en matières premières qui en découle font l’objet d’une attention croissante de la part des politiques et de l’industrie depuis que l’attaque russe contre l’Ukraine a déclenché une crise énergétique mondiale. Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a également abordé le sujet.

La guerre a révélé des points faibles importants ; la Russie utilise ses exportations de pétrole et de gaz comme une arme dans le but d’empêcher le soutien à l’Ukraine, a déclaré Stoltenberg lors de la 68e session annuelle de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN à Madrid. Il a approuvé les efforts qui en découlent pour diversifier l’approvisionnement et développer les énergies renouvelables, mais a mis en garde contre de nouvelles dépendances. Cela vaut surtout pour la Chine, qui tente de plus en plus de contrôler les infrastructures critiques, les chaînes d’approvisionnement et les industries clés.

Le secrétaire général de l’OTAN a notamment souligné l’importance des exportations chinoises de terres rares. Les matières premières critiques, qui sont principalement extraites et transformées dans la République populaire, sont importantes pour de nombreuses technologies, elles se trouvent par exemple dans les téléphones portables, les moteurs électriques et l’équipement militaire. Pour ne pas laisser aux régimes autoritaires la possibilité de profiter de ces points faibles, les alliés de l’OTAN doivent renforcer la capacité de résistance de leurs sociétés et de leurs infrastructures, selon Stoltenberg.

Des pays comme les États-Unis et les États membres de l’UE s’efforcent actuellement de diversifier leur approvisionnement en matières premières et de réduire les dépendances unilatérales. L’Allemagne veut également présenter l’année prochaine une nouvelle stratégie pour la Chine.

Photo: iStock/jasonbennee

énergies renouvelables 2030