Batteries et hydrogène : l’Allemagne et la France veulent coopérer plus étroitement

23. novembre 2022 | Politique

Les ministres de l’Économie visent un renforcement de la politique industrielle européenne et une plus grande indépendance vis-à-vis des matières premières.

Le ministre allemand de l’Économie Robert Habeck et son homologue français Bruno Le Maire veulent renforcer la politique industrielle européenne. Concrètement, l’Allemagne et la France doivent coopérer plus étroitement dans des domaines stratégiques tels que la production de cellules de batteries, l’économie de la santé et surtout l’hydrogène. C’est ce qui ressort d’une déclaration commune (PDF) publiée aujourd’hui à l’issue d’un entretien bilatéral à Paris.

Les deux pays veulent en outre s’engager pour une « réponse européenne forte » à l’Inflation Reduction Act. Ce paquet législatif, adopté par le président américain Joe Biden, vise à subventionner l’industrie nationale dans le domaine des technologies vertes comme l’électromobilité. Il prévoit notamment des avantages fiscaux à l’achat de voitures électriques, mais uniquement si elles sont principalement fabriquées aux États-Unis. Comme nous l’avons rapporté, l’UE craint que cela ne désavantage les constructeurs automobiles européens sur le marché américain.

Selon la déclaration de Habeck et Le Maire, afin de maintenir la compétitivité, les capacités de production industrielle nationales pour les technologies de transformation telles que l’énergie éolienne, le photovoltaïque et les électrolyseurs doivent être rapidement développées, y compris la sous-traitance des matières premières et des composants. L’Allemagne et la France veulent également coopérer étroitement sur les questions de matières premières afin de rendre l’UE indépendante, a déclaré M. Habeck.

Photo: iStock/Rawf8

énergies renouvelables 2030