Le manque d’eau en Chine menace la transition énergétique et les chaînes d’approvisionnement

22. novembre 2022 | Économie

L’impact global sur l’approvisionnement en céréales et en matières premières pourrait dépasser les conséquences d’une pandémie ou d’une guerre.

La Chine est le premier producteur mondial de céréales, de composants électriques et de matières premières importantes pour la transition énergétique, comme les terres rares et le polysilicium. Cependant, de nombreux pays comme les États-Unis ou les États de l’UE souhaitent devenir moins dépendants des importations chinoises en raison des tensions géopolitiques. Des sécheresses et des pénuries d’eau croissantes dans la République populaire pourraient encore stimuler ces ambitions – les experts mettent en garde contre des conséquences désastreuses pour la sécurité alimentaire mondiale, les marchés de l’énergie et les chaînes d’approvisionnement.

Après une sécheresse record cet été (nous en avons parlé), la Chine serait au bord d’une catastrophe hydrique, selon un rapport du Baker Institute for Public Policy de l’université Rice. Une sécheresse de plusieurs années réduirait considérablement non seulement la production de céréales, mais aussi la production d’électricité. Ces pénuries affecteraient à leur tour les gros consommateurs industriels comme les fabricants de métaux, de batteries et d’électronique, ce qui aurait bientôt des conséquences sur l’ensemble de l’économie mondiale.

Jusqu’à présent, ce sont surtout le ralentissement de la croissance économique, la bulle immobilière, l’endettement élevé et le possible conflit militaire avec Taïwan qui ont retenu l’attention lorsqu’il s’agit d’évoquer les risques liés à la Chine, écrivent les auteurs Gabe Collins et Gopal Reddy. La crise de l’eau qui s’amorce pourrait occulter ces problèmes, mais les décideurs politiques y prêtent beaucoup moins attention. Tant qu’il est encore temps d’agir, les Etats-Unis et leurs alliés doivent prendre d’urgence des mesures décisives pour découpler leurs principales chaînes d’approvisionnement de la République populaire, demandent les scientifiques.

Photo: iSTock/piyaset

énergies renouvelables 2030