Sondage : la voiture électrique, une solution d’avenir même dans les villes

12. mai 2022 | Marché

La majorité des Allemands considèrent que la voiture restera leur meilleur moyen de locomotion à l’avenir, avec une popularité croissante des modèles électriques. C’est ce que révèle un sondage de l’assureur HUK-Coburg.

Deux tiers des Allemands souhaitent continuer à se déplacer en voiture. Une personne interrogée sur cinq considère les voitures électriques comme le moyen de transport idéal pour l’avenir, tandis qu’ils sont beaucoup moins nombreux à privilégier les transports en commun. C’est ce qui ressort de la dernière étude de mobilité réalisée par HUK-Coburg auprès de plus de 4.000 personnes âgées de 16 ans et plus.

« Pour la majorité des Allemands, la seule suppression de la voiture n’est pas une stratégie d’avenir efficace, même dans les villes », résume Jörg Rheinländer, membre du directoire. La préférence est donnée au passage à l’électrique ou à d’autres propulsions sans CO₂. Pour une personne interrogée sur cinq, la voiture purement électrique sera la seule option envisageable à l’avenir, et même pour une personne sur quatre parmi les moins de 40 ans.

Une personne sur trois craint toutefois une hausse des prix de l’électricité et une raréfaction de l’offre d’électricité lors du passage à la mobilité électrique. Une baisse sensible des coûts des énergies renouvelables est demandée. Selon une analyse du ministère fédéral de l’économie, c’est surtout le nombre croissant de véhicules électriques qui fera grimper la consommation d’électricité à l’avenir. D’ici 2030, l’Allemagne souhaite couvrir 80 % de sa consommation d’électricité par des énergies renouvelables.

Les voitures électriques deviennent plus populaires – et les matières premières plus rares

Les ventes de véhicules électriques augmentent dans le monde entier : au premier trimestre de l’année, plus de 1,4 million de véhicules ont été vendus, soit une hausse de 107 pour cent par rapport à la même période de l’année précédente. La demande croissante est contrecarrée par des goulots d’étranglement dans l’approvisionnement et une hausse des prix des matières premières et des composants électroniques. Outre la pénurie mondiale persistante de semi-conducteurs, les constructeurs automobiles sont confrontés aux conséquences de la guerre d’agression russe contre l’Ukraine. La Russie est entre autres l’un des plus grands producteurs mondiaux d’aluminium, utilisé dans la construction des carrosseries, et de nickel, matière première des batteries. La puissance de marché de la Chine dans le domaine des terres rares et des aimants permanents qui en sont issus complique encore la situation. Ces derniers sont présents dans la plupart des moteurs électriques.

Photo : iStock/24K-Production

énergies renouvelables 2030