Le ruthénium pourrait faciliter le traitement du cancer du sein

15. décembre 2022 | Technologies

Projet de recherche de l’UE : résultats de laboratoire encourageants contre la variante particulièrement agressive TNBC.

Le cancer du sein est le type de cancer le plus fréquent chez les femmes. Même si le taux de survie est désormais de 90 pour cent grâce aux progrès de la médecine, la maladie entraîne encore environ 92.000 décès par an rien qu’en Europe (PDF). Le TNBC, une variante qui touche environ 15 pour cent des patientes, souvent des femmes jeunes, est considéré comme particulièrement agressif et difficile à traiter.

Le terme signifie triple negative breast cancer (en français : cancer du sein triplement négatif), car les cellules tumorales sont dépourvues de trois types de récepteurs qui sont déterminés en routine comme biomarqueurs dans le cancer du sein et qui sont importants pour les thérapies ciblées. Ni les hormones sexuelles féminines, l’œstrogène et la progestérone, ni le facteur de croissance HER2 ne peuvent se fixer – les thérapies antihormonales ou les anticorps sont donc inefficaces en cas de CBTN. Le traitement se limite généralement à la chirurgie et à une chimiothérapie non ciblée, qui endommage toutefois aussi les cellules saines et peut s’accompagner d’effets secondaires importants.

Autre danger : le corps peut, après un certain temps, développer une résistance à tout type de chimiothérapie, explique le Dr Andreia Valente. Elle coordonne le projet CanceRusolution, financé par l’UE et d’une durée d’un an, dans le cadre duquel un nouveau médicament contre les TNBC, basé sur le ruthénium, un métal rare du groupe du platine, est développé. Les premiers résultats des essais sont prometteurs, car il semble que la croissance et la propagation des cellules TNBC puissent être stoppées, peut-on lire dans le communiqué. En outre, les cellules saines ne seraient pas endommagées.

Cheval de Troie : un médicament déjoue les cellules tumorales

L’équipe de recherche portugaise compare le mode d’action du médicament à un cheval de Troie : le problème de l’absence de récepteurs dans les TNBC serait contourné par une administration sous forme de nanoparticules. Des défauts dans le système d’approvisionnement en sang de la tumeur permettent aux particules de pénétrer à l’intérieur de la tumeur et de libérer la substance active. Celle-ci cible la structure interne des cellules cancéreuses, appelée cytosquelette ; si elle est détruite, les cellules tumorales se brisent.

La prochaine étape est de réaliser des études sur des animaux et d’effectuer des analyses supplémentaires pour s’assurer que l’effet toxique du médicament se limite aux cellules cancéreuses. Selon les chercheurs, avec de nouveaux financements, il pourrait être prêt à être testé sur l’homme d’ici deux ans.

En savoir plus : D’autres approches dans la recherche sur le cancer misent également sur les métaux. Le gallium, par exemple, un métal technologique, donne des résultats encourageants dans les études cliniques contre le glioblastome, la tumeur cérébrale maligne la plus fréquente chez les adultes. Un traitement contre le cancer de la peau qui utilise une pâte contenant un isotope de rhénium au lieu d’une opération et d’une radiothérapie est déjà autorisé.

Photo : iStock/nortonrsx

énergies renouvelables 2030