Rhenium-SCT : un nouveau traitement du cancer de la peau remplace la chirurgie

12. avril 2022 | Technologies

Un nouveau traitement contre le cancer blanc de la peau utilise une pâte contenant l’isotope rhénium-188 au lieu d’une opération ou d’une radiothérapie. Les premiers patients sont désormais traités en Australie, où le cancer de la peau est énormément répandu.

Avec la Nouvelle-Zélande, l’Australie a le taux de cancer de la peau le plus élevé au monde, car le rayonnement UV est particulièrement fort dans cette partie du monde. Deux Australiens sur trois développent au cours de leur vie ce que l’on appelle un cancer blanc de la peau. Des recherches récentes montrent que ce taux est en hausse depuis trois décennies.

Habituellement, ce type de cancer est traité par chirurgie, parfois par radiothérapie. Un nouveau traitement non invasif utilise à la place une pâte à appliquer par voie externe contenant des radio-isotopes de rhénium. Les premiers patients australiens ont récemment été traités avec cette méthode dans le cadre de l’étude internationale EPIC-Skin. Le rhénium SCT a été développé par l’entreprise allemande de technologie médicale OncoBeta, le partenaire de production en Australie est l’Australian Nuclear Science and Technology Organisation (ANSTO).

La thérapie fait appel au rhénium-188, un isotope artificiel du rhénium, un métal technologique. L’effet médical repose sur son rayonnement bêta qui détruit les cellules et peut pénétrer dans les tissus à une profondeur de deux à trois millimètres. Lors du traitement, une pâte contenant du rhénium-188 est appliquée avec précision sur la zone cutanée concernée, préalablement recouverte d’un film spécial. Ainsi, le rayonnement ne tue que les cellules tumorales de manière très ciblée, écrit OncoBeta. Le traitement est indolore et ne doit généralement être effectué qu’une seule fois. Le corps élimine ensuite les cellules tumorales détruites et les remplace par des tissus sains. Le traitement est particulièrement adapté aux patients âgés et multimorbides, en cas d’allergies ou de faible tolérance à la douleur.

L’étude EPIC-Skin comprend 200 volontaires, se déroule sur deux ans et doit permettre d’étudier plus en détail l’efficacité de la SCT au rhénium dans le traitement du cancer blanc de la peau. Outre l’Australie, le traitement a déjà été approuvé en Afrique du Sud et dans plusieurs pays européens.

Photo: iStock/peakSTOCK

énergies renouvelables 2030