DIW : la dépendance allemande aux matières premières est « alarmante »

14. décembre 2022 | Économie

14 des 30 matières premières critiques doivent être entièrement importées. Une étude présente des contre-mesures.

L’économie allemande dépend à plus de 90 pour cent des importations de matières premières. C’est la conclusion d’une analyse de l’Institut allemand d’études économique (DIW Berlin). L’étude a examiné la dépendance aux importations de 30 matériaux critiques comme les terres rares, le magnésium, le lithium ou le cobalt ; pour 14 d’entre eux, la République fédérale dépendrait à 100 pour cent des importations. Sont considérées comme critiques les matières premières qui sont à la fois importantes sur le plan économique et soumises à des risques d’approvisionnement élevés.

Dans l’UE également, la concentration sur quelques pays fournisseurs, qui ne sont souvent pas des démocraties, est « alarmante ». Selon Lukas Menkhoff, auteur de l’étude, la Russie a montré cette année les graves conséquences économiques que peut avoir l’utilisation par des régimes autocratiques de la dépendance aux matières premières comme moyen de pression politique.

Plus de pays fournisseurs, plus de recyclage, une exploitation minière nationale

Pour réduire la dépendance, l’étude recommande toute une série de mesures, comme par exemple de miser sur davantage de pays fournisseurs et de compléter le stockage par des réserves minimales obligatoires. L’étude mentionne également un meilleur recyclage, l’extraction locale de certaines matières premières comme le magnésium et le lithium ainsi que des innovations techniques pour une utilisation plus efficace des matériaux. En outre, l’approvisionnement en matières premières devrait être regroupé à l’échelle européenne afin de contrer le pouvoir de marché des fournisseurs peu nombreux.

Ces mesures augmenteraient certes le coût des matières premières, mais en même temps la sécurité d’approvisionnement de l’Allemagne, selon Menkhoff.

Photo : iStock/Hello my names is james,I’m photographer.

énergies renouvelables 2030