Le chancelier allemand Scholz en Asie : « Élargir les sources de matières premières et les chaînes d’approvisionnement ».

15. novembre 2022 | Politique

Le chancelier allemand en visite au Vietnam et à Singapour. L’Allemagne veut renforcer ses relations économiques avec la région Indo-Pacifique et réduire sa dépendance vis-à-vis de la Chine.

Le chancelier allemand Olaf Scholz était en visite officielle au Vietnam dimanche et s’est rendu à Singapour lundi. Il y participe, avec son ministre de l’Économie Robert Habeck, à la 17e conférence Asie-Pacifique de l’économie allemande. L’élargissement des débouchés, des chaînes d’approvisionnement, des sources de matières premières et des sites de production est un objectif central de ce voyage.

Suite à l’attaque russe sur l’Ukraine, il faut éviter de dépendre à nouveau de certains États ou fournisseurs, a déclaré Scholz. Dans ce contexte, la Chine est particulièrement visée. L’Allemagne dépend presque à 100 % des importations de la République populaire pour les terres rares et les composants électroniques comme les modules photovoltaïques. Lors de son récent voyage en Chine, Scholz avait certes souligné que le pays restait un partenaire économique et commercial important, mais qu’au vu de l’évolution politique qui s’y déroule, les relations avec lui devraient également changer.

Un grand potentiel pour de nouvelles sources de terres rares en Asie du Sud-Est

L’Asie du Sud-Est pourrait jouer un rôle important dans la mise en place de nouvelles chaînes d’approvisionnement résistantes pour les terres rares. Selon les estimations (PDF) de l’United States Geological Survey (USGS), le Vietnam, par exemple, disposerait d’importants gisements, encore largement inexploités, de ces matières premières critiques nécessaires aux technologies vertes telles que la mobilité électrique et l’énergie éolienne. Selon Scholz, les premières discussions sur les utilisations possibles de ces ressources minérales ont eu lieu lors de sa visite. Il a qualifié l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Viêt Nam, en vigueur depuis 2020, de bonne base pour approfondir les relations économiques.

Toutefois, des représentants économiques allemands ont critiqué auprès du Handelsblatt le fait que l’accord de protection des investissements EVIPA entre les deux partenaires soit toujours bloqué dans le processus de ratification, ce qui a conduit à une « perte de confiance » du côté vietnamien. EVIPA a été signé dès 2019, en même temps que l’accord de libre-échange.

D’autres pays de la région Indo-Pacifique offrent un potentiel pour des chaînes d’approvisionnement alternatives en matières premières. Selon USGS, outre la Chine, le Myanmar et la Thaïlande font partie des producteurs de ces matières premières en Asie, ainsi que l’Inde dans une moindre mesure. La Chine elle-même couvre une grande partie de ses besoins en important des terres rares du Myanmar. Et comme nous en avons parlé, l’Indonésie prévoit également de développer sa propre industrie des terres rares.

Matières premières : une étude révèle la dépendance de l’Allemagne vis-à-vis des importations

Une étude du ministère de l’Économie, rapportée par le Tagesspiegel, a récemment montré l’ampleur de la dépendance de l’Allemagne vis-à-vis des matières premières. Selon cette étude, la République fédérale devrait importer 39 des 46 matières premières d’importance stratégique. La pression pour agir est grande, a déclaré Franziska Brantner, secrétaire d’État parlementaire au ministère de l’Économie. Elle accompagne Scholz lors de son voyage en Asie et veut élaborer une politique fédérale plus active dans le domaine des matières premières.

Photo: iStock/trocphunc

énergies renouvelables 2030