L’Indonésie veut extraire des terres rares

14. avril 2022 | Marché

L’Indonésie poursuit le développement de sa propre industrie des terres rares. Les gisements nationaux doivent être exploités.

Le gouvernement indonésien a présenté des plans pour le développement d’une industrie nationale des terres rares. Il est prévu de cartographier les gisements de matières premières critiques et d’élaborer un concept pour leur exploitation, rapporte Antara News, l’agence de presse du gouvernement. Actuellement, l’Indonésie importe des terres rares pour une valeur d’un million de dollars US afin de couvrir les besoins de son secteur des technologies vertes. Selon les estimations du ministère de l’Industrie, la demande devrait encore augmenter.

Selon Voice of Indonesia English (VOI), Taufiek Bawazier, directeur général du ministère des industries métallurgiques, mécaniques, des transports et de l’électronique, l’Indonésie pourrait attirer des investissements en recensant son potentiel en terres rares. En effet, l’extraction et le traitement des terres rares nécessitent un haut niveau de connaissances et de compétences technologiques. Xinhua, l’agence de presse du gouvernement chinois, écrit que l’entreprise minière publique indonésienne PT Timah a signé un accord de coopération avec la Canada Rare Earth Corporation afin de trouver la technologie appropriée, mais qu’elle attend également un transfert de technologie de la Chine.

Des terres rares dans les déchets miniers indonésiens

Selon VOI, 28 sites potentiels de terres rares auraient été identifiés en Indonésie sur la base de données géologiques, et d’autres recherches sont en cours. Une grande partie de ces précieuses matières premières se trouverait dans les résidus de l’exploitation minière indonésienne qui dure depuis des siècles, comme l’avait déjà rapporté Asia Times en 2020. La monazite, par exemple, est un sous-produit de l’extraction de l’étain et l’un des principaux minerais utilisés pour l’extraction des terres rares. Sur les îles de Bangka et Belitung, où la majeure partie de l’étain indonésien est extraite, la monazite se trouve sous forme de sable. Selon Asia Times, cela présente l’avantage que le minerai n’a plus besoin d’être concassé et broyé. Selon les résultats de laboratoire, les terrils de PT Timah contiendraient des quantités considérables de néodyme et de praséodyme, deux métaux de terres rares utilisés entre autres pour la construction d’aimants permanents dans les moteurs électriques et les éoliennes. Toutefois, des problèmes d’exploitation se posent en raison de la présence de thorium radioactif dans les résidus miniers. Dans certaines régions d’Indonésie, les terres rares sont également présentes en association avec la bauxite, qui sert de matière première pour la production d’aluminium.

Ancienne mine d’étain à Bangka. Photo : iSTock/raditya

Un autre site d’extraction potentiel est le volcan Lumpur Sidoarjo sur l’île de Java, qui crache de la boue depuis 2006 et a déjà enseveli des villages entiers. Cette boue contiendrait des terres rares et d’autres matières premières convoitées comme le lithium. Ganden Supriyanto, expert en chimie analytique et environnementale à l’université d’Airlangga, atteste que ce site, qui ne fait pas l’unanimité du point de vue de la protection de l’environnement, a un grand potentiel pour l’industrie high-tech.

Beitragsphoto: Istock/Abdul Azis

énergies renouvelables 2030