La production de terres rares progresse aux États-Unis

19. avril 2022 | Marché

Pour la première fois depuis environ 20 ans, une séparation partielle de terres rares a été réalisée à l’échelle commerciale aux Etats-Unis, rapporte l’entreprise Energy Fuels.

La société minière américaine Energy Fuels a récemment livré des matières premières critiques, dont les éléments de terres rares néodyme et praséodyme, de son usine de production White Mesa Mill pour traitement ultérieur. Le néodyme et le praséodyme sont considérés comme des éléments importants pour les technologies vertes et la protection du climat, car ils sont notamment nécessaires pour les aimants permanents à haute puissance utilisés dans les moteurs électriques et les éoliennes.

Avant d’être traitées en Estonie, où Neo Performance Materials exploite la seule raffinerie européenne de terres rares, les terres rares ont déjà été partiellement séparées par extraction au solvant à White Mesa Mill. Selon Energy Fuels, cette étape de traitement a été réalisée pour la première fois aux États-Unis depuis au moins le début des années 2000. Selon l’entreprise, elle est en passe de s’établir comme « plaque tournante de l’énergie propre et des minéraux critiques aux États-Unis » [traduction de métaux-industriels.net].

Energy Fuels est en fait spécialisée dans l’extraction d’uranium et n’a annoncé son entrée sur le marché des terres rares qu’il y a deux ans. En juillet 2021, l’extraction de terres rares à partir de concentrés naturels de sable monazite a débuté en Amérique du Nord. Comme nous l’avons rapporté, l’entreprise prévoit également de construire sa propre raffinerie. Jusqu’à présent, ces installations de traitement et de transformation se trouvent principalement en Chine. Dans le contexte de tensions politiques avec la République populaire, les Etats-Unis visent une chaîne de création de valeur nationale pour les matières premières critiques.

Photo : iStock/Hello my names is james,I’m photographer.

énergies renouvelables 2030