L’Angola veut fournir de l’hydrogène vert à l’Allemagne

20. juin 2022 | Marché, Économie

Signature d’une déclaration d’intention pour la construction d’une usine. L’exportation devrait commencer en 2024.

L’hydrogène vert est considéré comme un espoir important de la transition énergétique. Ce gaz, produit de manière durable à partir d’énergies renouvelables, a pour but de réduire les émissions nocives pour le climat dans l’industrie et les transports. Mais comme les capacités de production en Allemagne ne seront probablement pas suffisantes, la République fédérale cherche des partenaires pour l’importation, par exemple en Afrique (nous en avons parlé). Un premier fournisseur a été trouvé en Angola, rapporte le Handelsblatt.

Le groupe énergétique public Sonangol a signé avec les entreprises allemandes Gauff Engineering et Conjuncta une déclaration d’intention pour la construction d’une usine dans le port angolais de Barra do Dande. Sonangol veut produire à l’avenir de l’hydrogène en plus du pétrole et du gaz, a déclaré le président et CEO Sebastiao Gaspar Martins. L’Angola dispose de nombreuses centrales hydroélectriques qui produisent de l’électricité bien au-delà des besoins et possède l’infrastructure nécessaire pour la distribution d’hydrogène vert dans le monde entier, écrit Gauff Engineering dans un communiqué de mars.


Centrale hydroélectrique. Photo: iStock/igorwheeler

Les livraisons devraient commencer en 2024. Le ministre angolais des ressources minérales, du pétrole et du gaz, Diamantino Pedro de Azevedo, estime qu’à partir de cette date, il sera possible d’exporter de l’ammoniac vert, une source d’énergie liquide permettant de transporter l’hydrogène vert sur de longues distances. M. Azevedo a également évoqué la perspective de futures livraisons de gaz et de pétrole en Europe, en remplacement des combustibles fossiles en provenance de Russie.

L’Allemagne entretient déjà un partenariat énergétique avec l’Angola, ainsi qu’avec d’autres pays qui ont un grand potentiel de production d’énergie renouvelable. En Arabie saoudite, par exemple, le gouvernement fédéral soutient la construction d’une des plus grandes installations de production d’hydrogène vert et d’ammoniac vert au monde. Il existe également une coopération dans le domaine des technologies de l’hydrogène avec le Chili, la Namibie, le Qatar et l’Inde.

Le passage à l’hydrogène vert nécessite également des matières premières

Outre la mise en place de partenariats stratégiques et de capacités de production correspondantes, le passage à l’hydrogène vert nécessite également de nombreuses matières premières. Ce gaz respectueux du climat est produit par électrolyse, au cours de laquelle l’eau est décomposée en ses substances de base, l’hydrogène et l’oxygène. Selon le procédé d’électrolyse, différents métaux technologiques, précieux et de terres rares sont utilisés. Dans l’électrolyse PEM (Proton Exchange Membrane), par exemple, les métaux précieux platine et iridium ou ruthénium servent de catalyseur.

Le développement de l’électricité verte, sans laquelle l’hydrogène vert n’est pas possible, s’accompagne également d’une forte demande en matières premières. Outre de grandes quantités de nickel et d’aluminium, les éoliennes intègrent par exemple des métaux de terres rares comme le néodyme et le praséodyme, et les modules photovoltaïques des matériaux semi-conducteurs comme le silicium, le gallium et l’indium. Les efforts mondiaux de protection du climat poussent la demande de nombreuses matières premières critiques, ce qui a contribué à des hausses de prix parfois massives ces dernières années.

Photo : iStock/AdemarRangel

énergies renouvelables 2030