Electromobilité : Schaeffler donne un coup d’accélérateur

4. juillet 2022 | Économie

L’équipementier automobile allemand prévoit une croissance annuelle à deux chiffres de son chiffre d’affaires dans les composants électriques.

Schaeffler développe fortement son secteur de l’e-mobilité. Selon le Handelsblatt, le cinquième équipementier automobile allemand veut se positionner à l’avenir parmi les trois premiers dans ce domaine. Une croissance annuelle à deux chiffres est prévue dans ce domaine.

Dès 2021, Schaffler a enregistré un chiffre d’affaires de plus d’un milliard d’euros avec les moteurs électrifiés, soit environ 20 pour cent de plus que l’année précédente. Parallèlement, des projets d’électromobilité d’une valeur de 3,2 milliards d’euros ont été acquis en 2021. Rien qu’au premier trimestre 2022, les prises de commandes dans ce secteur de l’entreprise se sont élevées à 2 milliards d’euros.

La fin prévue du moteur à combustion dans l’UE en 2035 est prise en compte dans la stratégie, selon le Handelsblatt qui cite Matthias Zink, membre du directoire Automotive Technologies. Schaeffler part du principe qu’en 2030, environ 40 pour cent de tous les véhicules dans le monde seront entièrement électrifiés. Quarante autres pour cent seraient partiellement électriques et seuls 20 pour cent seraient purement thermiques.

Chaîne d’approvisionnement canado-européenne pour les terres rares

Schaeffler produit ses composants et systèmes pour l’e-mobilité entre autres en Hongrie, en Chine et aux États-Unis. Une nouvelle usine de moteurs électriques est actuellement en construction à Bühl, en Allemagne. Pour cela, le sous-traitant automobile mise également sur l’approvisionnement régional en matières premières : en avril, un accord de livraison a été signé avec REEtec, un producteur norvégien de terres rares. Ces minéraux critiques sont des composants essentiels pour les aimants permanents qui sont montés dans les moteurs électriques. Les matières premières pour l’installation de traitement des terres rares prévue par REEtec proviendront de la mine canadienne de Nechalacho. La chaîne de création de valeur ainsi créée se passe de la participation de la Chine, le plus grand pays producteur de terres rares au monde.

Photo: iStock/Blue Planet Studio

énergies renouvelables 2030