Solvay prévoit un centre pour les aimants de terres rares en France

20. septembre 2022 | Marché

Solvay veut agrandir son usine de traitement à La Rochelle pour fournir les marchés des véhicules électriques et de l’énergie éolienne

Solvay veut entrer dans la chaîne de valeur européenne des aimants permanents à base de terres rares. Le groupe chimique dont le siège est à Bruxelles prévoit d’agrandir son usine de traitement à La Rochelle afin de pouvoir y séparer à l’avenir une plus grande variété d’oxydes de terres rares, dont le néodyme et le praséodyme, écrit le Financial Times (contenu payant). Ces matières premières sont nécessaires pour la production d’aimants permanents particulièrement puissants, utilisés dans les moteurs électriques et les turbines éoliennes, mais aussi dans l’électronique de tous les jours comme les smartphones. Jusqu’à présent, l’usine de La Rochelle, ouverte en 1948, traite des terres rares qui sont principalement utilisées dans les catalyseurs de gaz d’échappement, les produits de contraste médicaux et comme agents de polissage.

Avec cet investissement, Solvay souhaite servir les marchés en forte croissance des véhicules électriques, de l’énergie éolienne et de l’électronique, et contribuer à un approvisionnement européen plus indépendant en matières premières. Pour couvrir ses besoins, l’UE est tributaire des importations, principalement en provenance de Chine. La République populaire est le leader mondial de l’extraction et du traitement des terres rares, ainsi que de la production des aimants permanents qui en sont issus.

L’annonce de Solvay a eu lieu peu après que les projets d’une nouvelle loi européenne sur l’approvisionnement en matières premières critiques aient été connus (nous en avons parlé).

L’entreprise canadienne Neo Performance Materials exploite une autre installation européenne de traitement des terres rares en Estonie, dont les capacités de production vont également être étendues. En outre, une nouvelle raffinerie de terres rares est actuellement en construction au Royaume-Uni.

Photo : iStock/Alfio Manciagli

énergies renouvelables 2030