Raffinerie de terres rares en Angleterre : la planification progresse

30. mai 2022 | Économie, Marché

L’opérateur Pensana veut devenir l’un des plus grands producteurs de terres rares en dehors de la Chine.

Un centre de traitement des terres rares est en cours de construction dans la ville portuaire de Hull, au nord-est de l’Angleterre. Cette installation de 195 millions de dollars devrait être opérationnelle en 2024. L’exploitant Pensana veut ainsi devenir l’un des rares grands sites de production de terres rares en dehors de la Chine et contribuer à la diversification des chaînes d’approvisionnement. La construction est subventionnée par le fonds britannique Automotive Transformation Fund, qui a été créé pour garantir l’approvisionnement en matières premières pour la construction de véhicules électriques.

Le conseil municipal a approuvé les plans de la raffinerie à proximité du Saltend Chemicals Park ; à l’origine, il était prévu de l’implanter dans le parc même, mais les riverains s’y sont opposés, rapporte le Yorkshire Post. Parallèlement, Pensana annonce l’achèvement d’une étude (PDF) visant à évaluer la rentabilité du projet. Selon cette étude, il est prévu de produire 12.500 tonnes de terres rares par an, dont 4.500 à 5.000 tonnes d’oxydes de néodyme et de praséodyme (NdPr), ce qui correspond à environ cinq pour cent des besoins mondiaux prévus pour 2025. Ce sont surtout les technologies d’avenir comme l’électromobilité et l’énergie éolienne qui stimulent la demande, car les aimants permanents en NdPr sont des composants importants de ces technologies. Pensana serait déjà en discussion avec plusieurs clients potentiels, dont un fabricant d’aimants asiatique et de nombreux grands producteurs automobiles en Europe et aux États-Unis.

La raffinerie prévoit également de produire du carbonate de lanthane, du concentré de cérium et des terres rares moyennes et lourdes, notamment des carbonates de terbium, de dysprosium, de samarium, d’europium et de gadolinium. La matière première devrait notamment provenir d’Angola, où Pensana investit dans une nouvelle mine de terres rares, celle de Longonjo.

Photo : iStock/BerndBrueggemann

énergies renouvelables 2030