Matières premières : l’Arabie saoudite cherche de l’aide en Australie

2. novembre 2022 | Économie

Le pays cherche à attirer des investisseurs internationaux dans l’industrie minière.

Comme le rapporte l’agence de presse Bloomberg, le ministre saoudien de l’Industrie et des Ressources minières, Bandar bin Ibrahim Al-Khorayef, cherche actuellement à attirer des investissements dans le secteur minier en Australie. Le pays a de grands projets pour ce secteur dans la péninsule arabique, qui doit devenir le « troisième pilier » de l’industrie saoudienne, comme l’a récemment déclaré Abdullah bin Muftar Al-Shamrani, CEO du Saudi Geological Survey, au journal saoudien Arab News. Le royaume dispose, selon ses propres indications, de gisements minéraux encore inexploités d’une valeur de 1,3 billion de dollars américains. Il s’agit notamment de cuivre, de zinc, de phosphates, d’or et d’argent, mais aussi de terres rares. Selon Al-Khorayef, le savoir-faire en matière d’exploitation minière fait toutefois défaut. Les entreprises australiennes comme le groupe BHP ou Rio Tinto, mais aussi le groupe Lynas, spécialisé dans les terres rares, possèdent ce savoir-faire.

D’ici 2030, l’Arabie saoudite veut réduire considérablement sa dépendance vis-à-vis des exportations de combustibles fossiles et développer de nouveaux secteurs économiques. Le projet de réforme Vision 2030, présenté en 2016, en est la base.

Photo: iStock/MOHAMED HUSSAIN YOUNIS

énergies renouvelables 2030