Le Canada veut renforcer ses relations commerciales dans l’Indo-Pacifique

29. novembre 2022 | Politique

Renforcer les chaînes d’approvisionnement en minéraux critiques et en hydrogène – annonce d’un cours plus dur contre la Chine.

Le Canada veut investir 2,3 milliards de dollars canadiens (1,7 milliard d’USD) dans le cadre de sa nouvelle stratégie pour la région indopacifique. L’objectif est de renforcer les relations sécuritaires et économiques avec les pays de la région, à l’exception de la Chine. Le gouvernement canadien a annoncé un durcissement de sa position contre la République populaire, qualifiée dans le document (PDF) comme une  » puissance mondiale de plus en plus perturbatrice « .

En durcissant les règles relatives aux investissements étrangers, le Canada entend protéger la propriété intellectuelle et les réserves minérales nationales de la mainmise des entreprises d’État chinoises. Comme nous l’avons rapporté, trois entreprises de la République populaire ont déjà reçu récemment l’ordre de retirer leurs investissements dans des projets miniers canadiens.

Avec ses riches ressources minières, le Canada veut s’établir comme producteur leader de matières premières critiques telles que les terres rares et ainsi concurrencer la Chine qui domine ce secteur depuis des décennies. En conséquence, une collaboration renforcée avec des partenaires de l’Indo-Pacifique tels que le Japon et la Corée du Sud est prévue afin de mettre en place des chaînes d’approvisionnement résistantes pour les minéraux critiques et l’hydrogène. Le Canada veut se positionner comme un fournisseur d’énergie fiable, indique la stratégie ; un accord dans ce sens a déjà été conclu avec l’Allemagne.

La Chine, à la fois adversaire et partenaire

Le rapprochement du Canada avec ses alliés asiatiques résulte également de la réticence croissante des Etats-Unis à l’égard du libre-échange, écrit l’agence de presse Reuters. Le gouvernement du Premier ministre Justin Trudeau souhaite diversifier ses relations commerciales et économiques, qui dépendent principalement des Etats-Unis.

En conséquence, la nouvelle stratégie Indo-Pacifique ne considère pas la Chine comme un adversaire unique. Le document souligne également les « opportunités considérables » que l’économie de ce pays offre aux exportateurs canadiens. La coopération est également considérée comme indispensable dans des domaines tels que le changement climatique et la santé mondiale.

Photo: iStock/dbvirago

énergies renouvelables 2030