La Pologne devient une plaque tournante pour les terres rares

14. mars 2022 | Marché

L’alliance européenne pour les matières premières ERMA soutient la construction d’une usine de traitement des matières premières stratégiques.

La société minière canadienne Mkango Resources a annoncé en juin dernier la construction d’une usine de séparation des terres rares à Puławy, en Pologne. L’Alliance européenne pour les matières premières (ERMA) a annoncé la semaine dernière qu’elle aiderait à assurer le financement du projet.

Les matières premières traitées à Puławy proviendront du Malawi, en Afrique de l’Est. Mkango y mène une étude de faisabilité sur l’extraction des terres rares qui, selon l’entreprise, est sur le point d’être achevée. Les résultats obtenus jusqu’à présent sont positifs, a annoncé Mkango cette semaine. Comme l’indique l’ERMA dans son communiqué de presse, l’installation pourra également traiter des matériaux provenant d’autres entreprises. La Pologne pourrait alors devenir un centre important pour l’approvisionnement de l’Europe en matières premières critiques.

En automne de l’année dernière, l’ERMA s’était adressée aux politiques avec un « appel à l’action » et avait exigé la sécurisation de l’approvisionnement en terres rares et en composants fabriqués à partir de celles-ci (nous en avons parlé). Dans ce contexte, le projet de Puławy est l’un des premiers projets de l’ERMA à recevoir le feu vert, selon le Dr Massimo Gasparon, directeur de l’ERMA.

Photo: iStock/ktsimage

énergies renouvelables 2030