Interview: « L’industrie a un grand intérêt à trouver des solutions »

28. octobre 2021 | Marché

Jürgen Gassmann, responsable des matériaux magnétiques à l’Institut Fraunhofer pour le recyclage et la stratégie des ressources (IWKS), sur le recyclage des métaux stratégiques et le « delta entre la production de produits à base de terres rares et leur fin de vie ».

La demande de métaux stratégiques est en constante augmentation. Par conséquent, le recyclage de ces précieuses matières premières devient également de plus en plus pertinent. Le journaliste économique Helmut Martin-Jung a écrit à ce sujet dans le Süddeutsche Zeitung à la mi-août : « Se contenter de jeter les matières premières des appareils en fin de vie est ‘la chose la plus stupide que l’on puisse faire’ ». Aussi, l’UE souhaite renforcer l’économie circulaire et le recyclage. Mais où en sont les technologies, où sont les plus grands défis, notamment en Allemagne et en Europe, et quel rôle jouent les industries dans ce domaine ? Métaux-industriels.net s’est entretenu à ce sujet avec Jürgen Gassmann, responsable des matériaux magnétiques à l’Institut Fraunhofer pour le recyclage et la stratégie des ressources (IWKS).

Monsieur Gassmann, le recyclage des métaux stratégiques et des terres rares jouera-t-il un jour un rôle important en Allemagne et en Europe ?

Le recyclage des terres rares à partir de matériaux magnétiques jouera un rôle central dans un avenir proche, car la demande de ces métaux stratégiques va extrêmement augmenter.

Combien de temps faudra-t-il à la recherche et à l’industrie pour en arriver là ?

À l’heure actuelle, il n’existe toujours pas de recyclage complet en Allemagne et en Europe pour ces matériaux, qui peuvent être classés comme critiques. Toutefois, cela n’est pas tant dû à un manque de travaux de recherche et de développement qu’au fait qu’il n’existe toujours pas d’économie de recyclage établie pour ces matériaux. Cela concerne non seulement le recyclage lui-même, mais aussi l’infrastructure, la logistique, la qualification et, finalement, les acheteurs de produits recyclés. Diverses initiatives ont été lancées, dont l’ERMA (European Raw Materials Alliance), qui s’occupe de la chaîne de recyclage des terres rares en Europe.

Mais il y a encore beaucoup d’obstacles à surmonter. Quels sont actuellement les plus grands défis du recyclage des matières premières mentionnées ?

Le plus grand défi est le delta entre la production des produits de terres rares et leur fin de vie. Les produits ne sont pas sur le marché depuis assez longtemps pour que le recyclage en vaille la peine, il n’y a tout simplement pas encore un flux de retour suffisant.

Par exemple ?
Prenons l’exemple de l’énergie éolienne en mer du Nord : les éoliennes ont été installées à partir de 2010 et ont une durée de vie de plus de 25 ans. Les aimants qui y sont intégrés ne seront donc disponibles pour le recyclage que dans une quinzaine d’années. Il en va de même pour les véhicules électriques, qui n’ont pas encore atteint leur fin de vie.

Jürgen Gassmann, Fraunhofer IWKS, Source: Fraunhofer IWKS

La qualité des matériaux recyclés est souvent discutée dans ce contexte. Dans quelle mesure le manque de pureté des métaux stratégiques recyclés est-il réellement problématique pour de nombreuses industries ?

Ce n’est en fait plus une raison pour rejeter les recyclats, c’est-à-dire les matériaux recyclés. Il existe déjà de nombreux moyens d’empêcher le « downcycling ». Cela dépend également de la technologie choisie pour la filière de recyclage.

Le Fraunhofer IWKS mène un large éventail de recherches dans ce domaine. Quels projets de recherche sont actuellement particulièrement passionnants ou prometteurs ?

Un projet important dans ce contexte est le ‘Zentrum für Demontage und Recycling für Elektromobilität’ (centre de démantèlement et de recyclage pour l’électromobilité) – ZDR-EMIL en abrégé. Il se consacre aux défis liés à la fin de vie des véhicules et des composants d’électromobilité.

Pouvez-vous donner un exemple ici aussi ?
Le recyclage des batteries li-ion en est un exemple éminent et déjà très discuté, mais il convient également de mentionner les matériaux pour les moteurs électriques, tels que les aimants permanents à haute performance. Bien que le débit de retour de ces matériaux soit actuellement encore faible, ce sera un défi à résoudre à l’avenir. D’une part, bien sûr, pour des raisons écologiques, mais d’autre part aussi pour réduire la dépendance aux importations de matières premières importantes en Allemagne et en Europe.

Les instituts de recherche critiquent sans cesse le manque de volonté de l’industrie d’investir dans le recyclage. Pouvez-vous le confirmer ?

En partie, oui, bien qu’il y ait actuellement beaucoup de mouvement sur le marché et que l’accent soit mis de plus en plus sur les produits durables ou recyclés.

Nous avons l’impression que depuis les nouveaux efforts de l’UE, la volonté de l’industrie d’investir a considérablement augmenté. L’observez-vous également ?

Nous partageons cette impression. L’industrie a tout intérêt à trouver des solutions ici.

Si vous osez regarder dans la boule de cristal pour nous : quelle sera la position de l’Allemagne en tant que site industriel en matière de recyclage des métaux stratégiques et des terres rares – dans cinq et dix ans ?

Je suis très optimiste. Dans dix ans, et même dans cinq ans, il y aura toute une série de possibilités de recyclage des terres rares en provenance d’Allemagne et d’Europe.

Photo: iStock/RicoK69

énergies renouvelables 2030