Arafura veut fournir des terres rares à Hyundai

8. novembre 2022 | Économie

Signature d’un contrat d’achat d’oxyde de néodyme praséodyme.

Arafura Rare Earths fournira des terres rares au constructeur automobile sud-coréen Hyundai et à sa filiale Kia. Comme l’a annoncé lundi la société minière australienne, un accord contraignant (PDF) a été signé pour la fourniture de néodyme-praséodyme (NdPr). Ces éléments de terres rares sont utilisés pour la fabrication de moteurs électriques.

Les matières premières proviendront de l’usine d’extraction et de traitement d’Arafura à Nolans, dans le Territoire du Nord, dont la mise en service est prévue pour 2025. Le contrat prévoit des livraisons sur une durée de sept ans, à commencer par 600 tonnes d’oxyde NdPr la première année. Avec la montée en puissance des capacités de production de Nolans, la quantité devrait augmenter jusqu’à 1 500 tonnes d’oxyde de NdPr ou son équivalent sous forme de métal NdPr à partir de la quatrième année.

General Electric fait également partie des futurs clients d’Arafura.

Arafura a également signé en juillet un accord de livraison avec le groupe américain General Electric pour du néodyme-praséodyme. Ce matériau sera utilisé pour la fabrication de turbines éoliennes offshore.

L’Australie s’impose actuellement comme le principal fournisseur de terres rares après la Chine. Cependant, environ 90 pour cent des terres rares produites dans le monde proviennent toujours de la République populaire. Face aux tensions géopolitiques croissantes, les États-Unis et l’UE, par exemple, cherchent à diversifier leurs chaînes d’approvisionnement.

Photo : iStock/Aranga87

énergies renouvelables 2030