La Suède, superpuissance des terres rares ?

12. janvier 2023 | Économie

La découverte d’un important gisement de terres rares pourrait accroître l’autonomie de l’Europe. Le chemin vers l’exploitation commerciale est encore long.

Le groupe minier public suédois LKAB a découvert à l’extrême nord du pays ce qu’il estime être le plus grand gisement de terres rares d’Europe. Le gisement situé à proximité de la région minière de la ville de Kiruna contient plus d’un million de tonnes d’oxydes de terres rares, peut on lire dans un communiqué de presse publié jeudi. Selon LKAB, cette découverte est une bonne nouvelle pour l’Europe et la transition énergétique.

Les matières premières sont nécessaires aussi bien pour l’énergie éolienne que pour la mobilité électrique. Actuellement, la Chine domine le marché de l’extraction des terres rares. Mais il faudra attendre de nombreuses années avant que le gisement ne devienne une exploitation minière. Selon S&P Global, le délai entre la découverte et la production commerciale s’est considérablement allongé en raison des procédures d’autorisation, passant de sept à 15 ans en moyenne aujourd’hui, selon l’ancien PDG du groupe minier Anglo American, Mark Cutifani. Le PDG de LKAB, Jan Moström, part lui aussi d’une durée similaire et se prononce en faveur de modifications du processus d’autorisation.

La Suède est assise sur un trésor de matières premières

La bureaucratie, mais aussi des préoccupations environnementales concernant l’extraction, freinent également le développement du gisement suédois de Norra Kärr. L’entreprise canadienne Leading Edge Materials (LEM) s’efforce depuis un certain temps d’obtenir une licence pour exploiter le gisement.

L’extraction des matières premières ne suffit pas à elle seule, car les entreprises chinoises sont également leaders mondiaux dans le domaine de la transformation.

Photo: iStock/qwerty01

énergies renouvelables 2030