Terres rares : Quand le maïs aide au recyclage

29. août 2022 | Technologies

Les particules organiques pourraient rendre la récupération des matières premières plus écologique.

Dans sa quête de nouvelles possibilités d’extraction de matières premières critiques, la recherche emprunte parfois des voies inhabituelles, comme le recyclage des résidus miniers et des eaux usées. Des scientifiques de l’université d’État de Pennsylvanie ont testé si de minuscules particules de matière organique pouvaient être utilisées pour extraire des terres rares des déchets électroniques.

Selon un communiqué de l’université, les substances utilisées sont entre autres des épis de maïs et du coton fortement broyés, c’est-à-dire en principe des déchets de cuisine qui se retrouveraient sinon dans des décharges et des tas de compost. Les microparticules de différentes tailles ainsi produites ont ensuite été placées dans une solution de néodyme. Les particules organiques chargées négativement se sont alors liées aux ions chargés positivement du néodyme. Le métal de terre rare a ainsi pu être séparé du liquide environnant et le recyclage ultérieur a été considérablement simplifié, comme l’explique le chercheur principal Amir Sheikhi.

Les méthodes de recyclage utilisées jusqu’à présent nécessitaient l’utilisation d’acides, la nouvelle approche de récupération est nettement plus respectueuse de l’environnement, poursuit Sheikhi. Il espère qu’à l’avenir, les particules permettront également de séparer sélectivement d’autres terres rares ainsi que des métaux précieux des déchets électroniques broyés.

Photo: iStock/Helios8

énergies renouvelables 2030