Terres rares : Le gouvernement américain subventionne l’extraction à partir de déchets miniers

21. septembre 2022 | Marché

156 millions de dollars pour la construction d’une usine destinée à recycler les matières premières issues des résidus miniers.

Le gouvernement américain veut financer jusqu’à 156 millions de dollars pour la construction d’une raffinerie de terres rares et de minéraux critiques. L’installation doit démontrer la viabilité économique de l’extraction de matières premières à partir de « sources non conventionnelles » comme les déchets miniers. La loi bipartisane sur les infrastructures, qui comprend également des investissements de plusieurs milliards dans les technologies énergétiques propres, sert de base au financement. Les minéraux critiques sont notamment nécessaires pour les moteurs électriques et les éoliennes.
Plus de 80 pour cent des besoins en terres rares des Etats-Unis sont actuellement couverts par des importations, indique le communiqué du ministère. Parallèlement, des milliards de tonnes de résidus issus de l’exploitation minière et de la production d’énergie, tels que les déchets et les cendres de charbon ainsi que les eaux usées acides des mines, sont produits dans tout le pays. Ceux-ci contiennent un grand nombre d’éléments de terres rares précieux et d’autres minéraux importants. Une réutilisation permettrait non seulement de renforcer les chaînes d’approvisionnement nationales et de fournir des composants pour une énergie propre, selon la secrétaire américaine à l’énergie Jennifer Granholm, mais contribuerait également à un environnement plus sain.

« La première installation de ce type »

Selon le gouvernement américain, cette installation sera la première du genre aux États-Unis. Les institutions académiques sont maintenant invitées à soumettre des demandes pour une étude technique préliminaire suivie de la conception, de la construction et de l’exploitation de la raffinerie.

L’entreprise minière locale MP Materials – exploitant de la seule mine de terres rares américaine à ce jour – et le producteur australien de terres rares Lynas construisent également des installations pour la transformation des matières premières (nous en avons parlé). Les deux projets sont soutenus par le ministère américain de la Défense. Jusqu’à présent, les métaux de terres rares doivent être principalement expédiés en Asie pour y être traités.

L’après-mines de plus en plus demandé

Face à l’augmentation des besoins en matières premières dans le monde, fortement liée au développement des mesures de protection du climat, les sources alternatives sont de plus en plus au centre de l’attention. Aux États-Unis, les Sandia National Laboratories ont développé un procédé permettant de dissoudre les terres rares dans les cendres volantes. Celles-ci sont produites lorsque le charbon est brûlé pour la production d’énergie. Des scientifiques de l’université de Rice ont présenté une méthode permettant d’extraire les minéraux critiques de déchets tels que les déchets électroniques et les boues rouges. En Allemagne également, des projets de recherche s’intéressent à l’extraction de matières premières à partir de résidus miniers, par exemple au centre de recherche sur l’après-mines de l’école supérieure technique Georg Agricola à Bochum ainsi qu’à l’institut Helmholtz de Freiberg pour la technologie des ressources et à l’université technique de Freiberg.

Photo : iStock/f9photos

énergies renouvelables 2030