L’acide citrique permet de récupérer des matières premières à partir de cendres volantes

28. octobre 2021 | Technologies

Les Laboratoires nationaux Sandia ont mis au point un procédé permettant de dissoudre les terres rares des cendres volantes.

Lorsque le charbon est brûlé pour produire de l’énergie, des cendres dites volantes sont produites. Ce résidu peut être réutilisé, par exemple comme additif dans le béton, où il augmente entre autres la durabilité du matériau de construction. De cette manière, les composants toxiques des cendres sont liés de façon permanente au béton. Aux États-Unis, environ la moitié des cendres volantes est réutilisée, une grande partie finit dans les décharges. Si elles ne sont pas sécurisées de manière adéquate, les substances toxiques peuvent pénétrer dans les eaux souterraines.

Aux Sandia National Laboratories, une installation de recherche du ministère américain de l’énergie, les chercheurs travaillent sur un moyen de rendre ce matériau, disponible en grandes quantités, utilisable à d’autres fins et de réduire en même temps son danger pour l’environnement. Les cendres volantes contiennent également des terres rares. Grâce à un procédé qui vient d’être présenté, dans lequel on utilise du dioxyde de carbone, de l’eau et de l’acide citrique, il est possible d’extraire les matières premières stratégiques des résidus de combustion de manière écologique, comme l’explique le chef de projet Guangping Xu. À une température de 70 degrés Celsius et à une pression 70 fois supérieure à la pression atmosphérique, 42 % des terres rares contenues dans les cendres pourraient être extraites en une journée. Les cendres peuvent ensuite même être utilisées comme humus en agriculture, explique M. Xu.

Les terres rares obtenues par ce procédé sont utilisées pour de nombreuses technologies, comme les voitures électriques ou les éoliennes. Comme la demande de matières premières augmentera en raison de la transition énergétique, le processus pourrait élargir l’offre des États-Unis.

Photo: iStock/BobGrif

énergies renouvelables 2030