Terres rares et batteries : La Norvège et l’UE coopèrent

30. juin 2022 | Marché

Une coopération a pour but d’améliorer l’approvisionnement en matières premières pour atteindre les objectifs climatiques.

La lutte contre le changement climatique s’accompagne d’un grand besoin en matières premières. Les véhicules électriques, par exemple, ont besoin de métaux comme l’aluminium, de matières premières pour les batteries comme le lithium, le cobalt et le nickel, ainsi que d’aimants permanents en terres rares. Ces dernières sont également présentes dans de nombreuses éoliennes.

Afin d’améliorer l’approvisionnement en matières premières et de créer des chaînes de valeur durables pour les batteries, la Norvège et l’Union européenne veulent coopérer à l’avenir. Comme le rapporte l’agence de presse Reuters, le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, et le ministre norvégien de l’Industrie, Jan Christian Vestre, ont annoncé une coopération dans ce sens.

La Norvège, qui est le deuxième exportateur européen de pétrole et de gaz après la Russie, veut utiliser son accès aux minéraux, aux métaux et aux terres rares pour élargir sa structure industrielle. Le projet EURARE, financé par l’UE et visant à promouvoir une industrie européenne durable des terres rares, désigne le pays scandinave comme une zone prometteuse pour l’exploration de métaux et de terres rares. Avec REEtec, un producteur de terres rares est également établi en Norvège et construit actuellement une installation de séparation pour les matières premières critiques. Un accord de livraison a déjà été signé avec l’équipementier automobile allemand Schaeffler (nous en avons parlé). En outre, plusieurs installations de production ou de recyclage de batteries et de matériaux pour batteries sont prévues en Norvège.

Dans le cadre de la coopération, la Norvège, qui ne fait pas partie de l’UE, participera notamment aux réunions ministérielles de l’Alliance européenne pour les batteries ainsi qu’à des initiatives industrielles communes, peut-on lire dans une déclaration commune de Sefcovic et Vestre. D’autres partenariats dans d’autres domaines de la politique économique verte pourraient suivre. Auparavant, l’UE et la Norvège avaient déjà signé un accord pour coopérer plus étroitement dans le domaine de l’énergie

Photo : iStock/Rawf8

énergies renouvelables 2030