REEsilience : à la recherche de solutions pour sortir de la dépendance à l’égard des matières premières

28. janvier 2022 | Marché

Des chaînes d’approvisionnement résistantes et durables pour les terres rares au cœur d’un nouveau projet européen.

L’Europe veut devenir climatiquement neutre et durable. Les énergies renouvelables et l’électromobilité jouent un rôle important dans ce projet. Cela s’accompagne d’une dépendance croissante vis-à-vis de la Chine, car les technologies d’avenir nécessitent entre autres des aimants permanents en terres rares comme le néodyme. 98 pour cent des matériaux magnétiques nécessaires dans l’Union européenne sont importés de la République populaire.

Le projet REEsilience (de l’anglais REE= Rare Earth Element), qui sera lancé le 1er mai prochain, vise à explorer les voies de l’autonomie en matière d’approvisionnement en matières premières. L’accent est mis sur les nouvelles technologies de production et la transparence doit être garantie tout au long de la chaîne de création de valeur en ce qui concerne les facteurs éthiques et écologiques. REEsilience est financé par l’UE à hauteur de 12 millions d’euros au total, dont près de 2,5 millions d’euros seront alloués à l’Institut pour la technologie stratégique et les métaux précieux (STI) de l’université de Pforzheim. Son directeur scientifique, le professeur Carlo Burkhardt, coordonnera également le projet. L’importance internationale de l’institut s’accroît ainsi encore, car le projet européen SUSMAGPRO, qui a pour objectif d’augmenter la part de recyclage des matériaux magnétiques, est également coordonné par Burkhardt.

Photo : iStock/DutchScenery

énergies renouvelables 2030