Pénurie d’acide sulfurique : un défi qui ne concerne pas seulement la transition énergétique

1. septembre 2022 | Marché

Selon une étude, la production de cette matière première va baisser, mais les besoins vont nettement augmenter.

Crise des puces électroniques, hausse des coûts de production due aux coûts élevés de l’énergie et, à l’horizon, déjà le prochain défi pour l’économie : une pénurie d’acide sulfurique. Ce composé chimique est d’une grande importance pour de nombreux secteurs industriels : de la production d’engrais au traitement des matières premières métalliques.

Selon une étude menée par l’University College London et l’Institute of British Geographers, il faut désormais s’attendre à ce que les besoins croissants soient compensés par une offre nettement plus restreinte. L’acide est principalement obtenu lors de la désulfuration des carburants, afin de réduire la production de dioxyde de soufre polluant lors de leur combustion. Selon les chercheurs, la part de marché croissante de la mobilité électrique et d’autres mesures visant à réduire les émissions nocives pour le climat entraîneront dans un avenir prévisible une baisse sensible de la production de carburant et donc d’acide sulfurique. Or, c’est justement pour la fabrication de véhicules électriques que cet acide est nécessaire. Outre l’extraction des terres rares pour la fabrication des moteurs de traction, il est également utilisé pour le traitement du cobalt, lui-même nécessaire pour les batteries des véhicules.

Une situation compliquée, car selon les chercheurs, la consommation d’acide sulfurique va également augmenter dans l’agriculture. La production alimentaire, surtout dans les pays en voie de développement, et le changement de mode de transport pourraient alors entrer en concurrence pour cette matière première, craignent-ils. Une extraction accrue du soufre permettrait d’y remédier à court terme, mais cela risquerait d’entraîner des dommages environnementaux massifs. Il est donc urgent d’étudier de nouvelles méthodes et de développer des réglementations afin de limiter au maximum les effets. La demande en acide sulfurique pourrait en outre être atténuée par le recyclage des batteries, par exemple.

L’étude complète peut être consultée ici.

Photo: iStock/John Kevin

énergies renouvelables 2030