Néodyme dans l’oreille

28. octobre 2021 | Technologies

Des aimants puissants sont nécessaires pour l’énergie éolienne et l’e-mobilité. Mais aussi pour les écouteurs.

Le télétravail présente de nombreux avantages, mais de nombreuses industries se préparent au retour des employés dans les bureaux de l’entreprise face à la diminution des cas de Covid. Le trajet matinal recommence et le spectacle familier des personnes qui se déconnectent du monde extérieur avec des écouteurs réapparaît. Les podcasts et la musique peuvent sauver plus d’une journée qui a commencé avec des correspondances de train manquées ou simplement beaucoup trop tôt.

Apple établit des normes

Selon une enquête de Bitkom, l’association industrielle du secteur allemand de l’information et des télécommunications, 71 % des Allemands possèdent des écouteurs. Les écouteurs intra-auriculaires, c’est-à-dire les modèles qui s’insèrent dans l’oreille, sont les grands favoris. Dans ce domaine, les modèles qui ne nécessitent aucun câblage entre eux ou avec le téléphone mobile connaissent une forte progression. La percée de cette variante a été réalisée par le fabricant américain Apple en 2016 avec les AirPods. Avec 57 %, Apple reste le leader incontesté du marché dans ce domaine, comme le montrent les données actuelles.

Dans ses écouteurs, Apple s’appuie sur des aimants en alliage de néodyme, qui font partie de l’unité d’entraînement. La membrane du haut-parleur est alors mise en mouvement et convertit les impulsions électriques en sons audibles. Partout où le poids et le volume doivent être économisés, les aimants en néodyme sont le premier choix. Ils sont beaucoup plus puissants que les aimants en ferrite ou en alnico de la même taille. Aucun compromis n’est fait en termes de qualité sonore. Après tout, la qualité audio est le critère d’achat le plus important pour les écouteurs. C’est ce que montrent également les données de la Gesellschaft für Konsumforschung (GfK).

Un matériau pour l’avenir

Les aimants en néodyme sont également utilisés dans les écouteurs haut de gamme destinés à être utilisés à la maison ou dans les studios d’enregistrement, et ils interviennent dans la sonorisation des concerts.

Cependant, la demande d’aimants en néodyme est avant tout motivée par l’expansion des énergies renouvelables : ce matériau est utilisé pour les générateurs des centrales éoliennes. L’économie de poids est également de la plus haute importance ici. Cela s’applique également dans le domaine de l’électromobilité. Les aimants en néodyme fonctionnent de manière fiable dans les moteurs des voitures électriques. En ajoutant du dysprosium – un autre métal de technologie rare – les aimants peuvent résister à des températures de fonctionnement élevées, jusqu’à 220 degrés Celsius.

Comme de nombreux métaux technologiques, le néodyme provient principalement de Chine. Les mines de la région autonome de Mongolie-Intérieure et du Sichuan, dans le sud-ouest du pays, sont celles qui contiennent la plus grande part de néodyme dans le mélange de minerais. Selon une estimation de la Commission européenne, la demande va tripler entre 2030 et 2050. Étant donné l’importance de ce matériau, il n’est pas surprenant que le gouvernement américain, sous la direction du président Joe Biden, ait récemment annoncé son intention de reprendre l’extraction des terres rares et des métaux technologiques.

énergies renouvelables 2030