L’Europe à « l’épicentre » des pénuries d’approvisionnement

9. décembre 2021 | Marché

L’assureur-crédit Euler Hermes estime que le continent européen est mal armé pour faire face à la crise logistique actuelle.

Euler Hermes estime que des problèmes logistiques temporaires continueront de se produire dans le monde en 2022. Dans une étude publiée aujourd’hui, l’entreprise basée à Courbevoie voit l’Europe « à l’épicentre des goulets d’étranglement ». Le continent est plus dépendant des produits intermédiaires extérieurs que les États-Unis, par exemple.

De plus, l’Europe est plus dépendante de la Chine, selon Euler Hermes. Les faibles capacités de production dans l’industrie manufacturière et le manque d’investissements dans les infrastructures portuaires ont également un impact négatif. En conséquence, la normalisation de la situation d’approvisionnement pourrait être retardée. Cela vaut également pour les semi-conducteurs : les entreprises allemandes ont certes pu augmenter leurs stocks, mais ce sont les pays asiatiques et les États-Unis qui se sont assurés les plus gros contingents.

Dans le sillage des diverses crises et de l’absence de composants, des voix se sont régulièrement élevées en faveur d’un retour à l’entreposage classique plutôt qu’à la livraison « just in time ». La relocalisation des sites de production a également été discutée. Selon Euler Hermes, il n’y a cependant actuellement que peu de projets concrets dans ce sens. Il faut s’attendre à ce que l’on revienne au « just in time » pour des raisons d’efficacité des coûts.

Photo : iStock/Baloncici

énergies renouvelables 2030