Les matières premières sont un investissement de plus en plus populaire.

28. octobre 2021 | Finances

La crise de Corona et le taux d’inflation influencent les prix et la demande. Les analystes financiers en expliquent les raisons.

Les matières premières semblent être un placement attrayant pour de nombreux investisseurs, surtout en cette période. Bien que le prix de l’or ait récemment baissé de manière significative, le 9 août, le métal précieux a glissé en quelques minutes pour la première fois depuis mars 2020 à un prix inférieur à 1 700 dollars par once troy (environ 31,1 grammes), la valeur s’est redressée presque aussi rapidement. Dès le 18 août, le Handelsblatt écrivait :  » La tendance positive des jours de bourse précédents s’est poursuivie pour le prix de l’or mercredi. Il est monté par moments jusqu’à 1792 dollars et continue ainsi à s’approcher de la barre des 1800 dollars. » Les experts ont cité la coïncidence de plusieurs événements comme étant la cause des turbulences de l’or. Ulrich Stephan, chef de la stratégie d’investissement pour les clients privés et les entreprises de la Deutsche Bank, a par exemple écrit dans une lettre d’information : « Le déclencheur immédiat a été le rapport sur le marché du travail américain, qui s’est avéré meilleur que prévu. La hausse subséquente des taux d’intérêt des marchés financiers et du dollar américain a pesé sur le prix du métal précieux. » En outre, la rapidité des hauts et des bas indique que la chute des prix a été exagérée par « un marché très illiquide, car il n’y avait pas d’échanges au Japon en raison des vacances ». Stephan poursuit : « Les prix de l’argent ont chuté brusquement pendant une courte période de manière similaire, pour se redresser ensuite. Les fortes variations de prix sont particulièrement perceptibles sur les marchés des matières premières pendant les mois d’été.

En fait, les marchés des matières premières se révèlent rarement aussi volatils que la chute soudaine du prix de l’or au début du mois d’août pourrait le laisser craindre. Au contraire : dans la tendance à long terme, la plupart des valeurs sont actuellement en augmentation. Cela se voit également dans le développement des fonds correspondants. Fin juillet, le Handelsblatt écrivait : « Au cours du premier semestre de l’année, les fonds d’actions de matières premières ont atteint un rendement record de 57 %. Le boom économique, les goulets d’étranglement de l’offre et la transition énergétique pourraient poursuivre cette tendance.

Le portail Finanzen.net a également publié fin juillet un article intitulé « C’est pourquoi les investisseurs misent sur les matières premières en 2021 » et faisait explicitement référence à l’analyste financier américain Brian Pacampara. Il avait expliqué sur le site financier Money Wise pourquoi les matières premières sont intéressantes pour de nombreux investisseurs cette année. « Achetez du café, pas des crypto », écrit Pacampara, qui prouve sa thèse en développant notamment le fonds Invesco DB Commodity Index Tracking Fund. Ce fonds négocié en bourse (FNB) a enregistré une hausse de 56 % de sa valeur au cours des 12 derniers mois, grâce à un investissement largement diversifié dans 14 des matières premières les plus négociées au monde.

Il n’est pas surprenant que la crise corona joue un rôle important dans l’évolution positive des matières premières en Il n’est pas surprenant que la crise corona joue un rôle important dans l’évolution positive des matières premières en tant qu’actifs tangibles (anglais : commodities). Finalement, c’est l’une des raisons les plus importantes de la flambée actuelle de nombreuses matières premières. Les mesures prises par les banques centrales internationales et les gouvernements pour soutenir l’économie, ainsi que la reprise économique due à l’augmentation des taux de vaccination dans de nombreux pays, créent une demande croissante. Cette situation entraîne à son tour une hausse des prix des métaux précieux et des métaux industriels, mais aussi des sources d’énergie et des produits agricoles de base (« soft commodities »). La situation est également accentuée par les chaînes d’approvisionnement, dont certaines sont encore fortement restreintes, avec les goulets d’étranglement correspondants, qui font également grimper les prix des matières premières. Les entreprises automobiles par exemple ont besoin de plus en plus de matières premières telles que les terres rares et les métaux technologiques afin de pouvoir mettre en œuvre leurs ambitieux projets d’e-mobilité. La dépendance de presque toutes les entreprises à l’égard des matières premières continuera de croître à l’avenir, comme l’indiquait déjà métaux-industriels.net.

Diversité et stabilité

Toutefois, selon M. Pacampara, ce ne sont pas seulement les hausses de prix actuelles qui suscitent l’intérêt croissant des investisseurs privés pour les matières premières. Une autre raison importante est le désir d’une plus grande diversité en temps de crise. C’est « probablement même la meilleure raison d’inclure les matières premières dans son portefeuille maintenant », affirme l’expert financier. Cela s’explique par le fait que l’évolution des prix des produits de base est beaucoup plus soumise à la dynamique de l’offre et de la demande qui leur est propre, plutôt qu’à l’évolution générale du marché. « Cela signifie », dit Pacampara, « que les prix des produits de base n’évoluent généralement pas nécessairement en fonction du marché, mais souvent même en sens inverse ». En diversifiant une partie de son portefeuille dans les matières premières, on peut donc également se prémunir contre les chutes des marchés boursiers ou autres turbulences du marché.

Et un autre aspect gagne en importance pour de nombreux investisseurs cette année : la protection contre les hausses d’inflation imminentes ou la compensation de ces hausses. En Allemagne, par exemple, le taux d’inflation a augmenté de 3,7 % en juillet par rapport au même mois de l’année dernière, selon l’Office fédéral de la statistique. Dans une interview accordée à la FAZ, le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, s’attend même à ce que le taux passe à 5 % d’ici la fin de l’année. C’est déjà une réalité aux États-Unis. Les prix à la consommation y ont augmenté de 5,4 % en juin. « C’est le taux le plus élevé depuis août 2008 », indique Handelsblatt. Pour l’expert financier Pacampara, c’est une raison supplémentaire pour les investisseurs de se diversifier dans les matières premières : « Dans les phases de taux d’inflation élevés, les matières premières se sont toujours particulièrement bien comportées, même si les actions et les obligations ont perdu de la valeur dans le même temps ».

Toutefois, Eugen Weinberg, analyste principal des matières premières à la Commerzbank, signale également des risques. Dans une interview accordée au portail Finanz-heldinnen.de, il déclare : « Les matières premières sont extrêmement volatiles. Le cuivre et le pétrole, par exemple, ont été beaucoup plus sensibles que les marchés boursiers ces dernières années. Il faut être conscient de ce risque. » Pour la plupart des investisseurs, les matières premières ne conviendraient donc que comme un petit complément, et non comme une composante plus importante. Lorsque vous investissez dans des actions de matières premières, il est également important de savoir que le prix de l’action d’un producteur de matières premières n’augmente pas automatiquement juste parce que le prix de la matière première correspondante augmente. Weinberg : « Par exemple, comparons le prix d’une marchandise physique comme le platine ou le palladium et le prix de l’action d’un producteur de platine : S’il y a de gros problèmes en Afrique du Sud, que l’électricité y est coupée, que les coûts augmentent ou que le producteur est exproprié, le cours de l’action de l’entreprise chute. Le prix de la matière première, en revanche, augmente parce qu’on en produit moins et qu’il y a moins d’offre. » Un bon exemple de ces évolutions est une fois de plus l’augmentation rapide de l’e-mobilité, qui pousse l’économie mondiale à rechercher des matières premières telles que le néodyme, nécessaire aux moteurs électriques. Les prix du néodyme sont en hausse constante depuis un an.

Photo: iStock/RomoloTavani

énergies renouvelables 2030