Le Japon veut extraire des terres rares des profondeurs de l’océan

24. novembre 2022 | Politique

Le gisement de matières premières pourrait couvrir les besoins mondiaux pendant des décennies. La technologie pour l’extraction doit être optimisée dans les prochaines années.

Le Japon prévoit d’extraire des terres rares de la boue de ses eaux côtières à 6.000 mètres de profondeur. Le journal japonais The Yomiuri Shimbun écrit que le développement de méthodes d’extraction doit commencer lors du prochain exercice budgétaire à partir d’avril.

Le gouvernement souhaite pour cela utiliser une technologie qui a été testée au début de l’année au large de la préfecture d’Ibaraki : A l’aide du navire d’exploration en eaux profondes Chikyu, environ 70 tonnes de boue par jour ont été pompées à 2.470 mètres de profondeur. A l’avenir, il est prévu de renforcer les pompes et d’allonger les colonnes montantes, dans le but de pouvoir travailler dans des eaux encore plus profondes et d’extraire 350 tonnes par jour. Des travaux de prospection devraient avoir lieu au cours des cinq prochaines années et des entreprises privées devraient pouvoir entrer sur le marché à partir de 2028.

Le gisement pourrait couvrir les besoins mondiaux en terres rares pendant des décennies

Les gisements de matières premières dans les boues marines ont été découverts en 2012 à proximité de l’île corallienne de Minami-Torishima, située dans la zone économique exclusive du Japon. Une étude a conclu que les minéraux critiques stockés ici pourraient couvrir les besoins mondiaux pendant au moins les prochaines décennies. Comparée à l’extraction de terres rares sur terre, l’extraction de boues d’eau profonde génère également moins de matières radioactives, écrit la revue spécialisée Nature. Selon Yomiuri, le Japon doit cependant relever le défi de développer des technologies appropriées et de rendre rentable le pompage des boues de terres rares en mer profonde.

Jusqu’à présent, l’État insulaire est presque entièrement dépendant des importations de terres rares, qui proviennent en grande partie de Chine. L’extraction locale de ces matières premières, qui sont importantes pour de nombreuses technologies, permettra de réduire cette dépendance. En renforçant sa coopération avec l’Australie, riche en matières premières, le Japon souhaite également diversifier ses chaînes d’approvisionnement.

L’Allemagne ne veut pas soutenir l’exploitation minière en eaux profondes

Le gouvernement allemand suit quant à lui une autre voie en matière d’exploitation minière en eaux profondes : Comme il a été annoncé lors de la réunion du Conseil de l’Autorité internationale des fonds marins en Jamaïque, le gouvernement allemand n’a pas l’intention de soutenir de telles demandes jusqu’à nouvel ordre et lance un appel à ce sujet parmi les États membres. Les recherches actuelles ne suffisent pas à exclure de graves dommages environnementaux lors de l’extraction de matières premières en eaux profondes, peut-on lire dans la justification de la décision.

Photo: iStock/wataru aoki

énergies renouvelables 2030