La pénurie de cuivre menace la transition énergétique

21. juillet 2022 | Marché

Pas seulement les terres rares : Même les matières premières apparemment abondantes pourraient se raréfier et mettre en péril les objectifs climatiques. C’est le cas du cuivre.

De nombreux États se sont fixé des objectifs, parfois très ambitieux, pour réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre. L’Allemagne, par exemple, veut atteindre la neutralité climatique d’ici 2045. Cela s’accompagne d’une nette augmentation des besoins en matières premières critiques telles que les terres rares. Comme celles-ci proviennent principalement de Chine, les experts mettent en garde depuis longtemps contre une trop forte dépendance et demandent le développement de chaînes d’approvisionnement alternatives.

Mais la transition énergétique est apparemment menacée d’un autre côté, qui retient moins l’attention actuellement : Le cuivre. Ce métal est indispensable non seulement pour le câblage et les générateurs des éoliennes, mais aussi pour les véhicules électriques, qui jouissent également d’une popularité croissante.

Dans une étude récente, le groupe de services financiers S&P Global estime que la demande en cuivre va doubler au cours des dix prochaines années. Cette poussée de la demande ne pourrait guère être absorbée par de nouvelles mines ou l’extension de projets existants. Selon S&P Global, qui se base sur des chiffres de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), il faut actuellement environ 16 ans entre la découverte de nouveaux gisements de matières premières et leur extraction. La situation serait aggravée par les risques géopolitiques et la vulnérabilité des marchés des matières premières et des chaînes d’approvisionnement, comme l’a montré récemment la guerre en Ukraine.

Dans ce contexte, S&P Global conseille d’innover davantage afin d’améliorer l’utilisation et le recyclage des matières premières. La politique a également un devoir à remplir, par exemple en ce qui concerne les procédures d’autorisation pour de nouveaux projets d’extraction.

Photo: iStock/SimoneN

énergies renouvelables 2030