La Chine interdit les investissements étrangers dans les terres rares

28. décembre 2021 | Marché

A partir de 2022, les entreprises étrangères ne pourront plus investir dans le secteur des terres rares en Chine.

Comme le rapporte le journal chinois Global Times, les investissements directs étrangers dans l’industrie minière seront désormais nettement limités. C’est ce qui ressort de deux listes négatives récemment publiées par le ministère du Commerce et la Commission nationale pour le développement et la réforme. Les projets servant à l’exploration, à l’extraction ou au traitement de terres rares, de matériaux radioactifs ou de tungstène ne seront donc plus autorisés aux investisseurs étrangers. En outre, l’accès aux mines ou la mise à disposition d’informations sur celles-ci, par exemple sur les technologies de production, ne seront possibles qu’avec l’autorisation de l’État.

En imposant ces restrictions, la Chine vise à protéger ses réserves nationales de matières premières et à renforcer son contrôle sur le marché mondial des terres rares. Dans le cadre de ces plans, de grandes parties de l’industrie nationale chinoise des terres rares ont également été consolidées ces derniers jours.

La Chine ouvre l’industrie automobile aux investisseurs étrangers

Pendant ce temps, d’autres secteurs industriels de la République populaire sont ouverts à des investissements de grande envergure. A partir de 2022, les entreprises étrangères pourront prendre des participations à part entière dans les constructeurs automobiles chinois, écrit le magazine économique Forbes. Cela permettra pour la première fois d’investir dans certains des plus grands producteurs de véhicules du monde.

Une traduction anglaise des listes négatives est disponible sur le portail d’investisseurs China Briefing.

Photo : iStock/GARAGE38

énergies renouvelables 2030