GM rejoint l’initiative pour une exploitation minière durable

1. décembre 2021 | Marché

La durabilité et le respect des droits de l’homme dans la chaîne d’approvisionnement vont être certifiés à l’avenir.

Les voitures électriques sont censées jouer un rôle important dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre nocifs pour le climat, mais l’extraction de métaux pour la fabrication de batteries est en même temps critiquée en raison de préoccupations environnementales. 70 pour cent du cobalt extrait dans le monde provient de la République démocratique du Congo. Selon le New York Times, l’extraction se fait souvent avec des moyens rudimentaires dans de petites mines privées, où le travail des enfants est en outre répandu. Les constructeurs de voitures électriques, mais aussi l’e-mobilité en tant que telle, risquent de voir leur image ternie, d’autant plus que les besoins en ces matières premières ne cessent de croître.

Afin de rendre transparent le respect des droits de l’homme et des principes de durabilité dans sa propre chaîne d’approvisionnement, le constructeur automobile General Motors (GM) vient d’adhérer à l’Initiative pour l’exploitation minière durable (IRMA). L’IRMA certifiera à l’avenir le respect de ces principes.

L’entreprise est consciente de son propre rôle dans les chaînes d’approvisionnement et l’adhésion à l’IRMA l’aidera à faire des affaires avec des fournisseurs et des partenaires dont les normes correspondent à celles de GM, peut-on lire dans un communiqué de presse publié mardi.

La démarche annoncée s’inscrit dans le cadre de l’engagement de GM à promouvoir la durabilité de la mobilité purement électrique, poursuit le communiqué. En octobre, GM avait déjà annoncé sa coopération avec GE Renewable Energy pour l’approvisionnement en terres rares et autres composants critiques (nous en avons parlé). Les groupes espèrent notamment réduire les émissions de CO2 grâce à la mise en place de leurs propres chaînes d’approvisionnement aux Etats-Unis.

Photo: iStock/Lucia Gajdosikova

énergies renouvelables 2030