Des composés métalliques très efficaces contre les infections fongiques

5. octobre 2022 | Technologies

Le cobalt, le palladium, l’europium et autres pourraient être la réponse au problème croissant des champignons résistants aux médicaments.

Les bactéries résistantes aux antibiotiques comptent parmi les plus grands défis de la médecine moderne. Ce que l’on sait moins, c’est que les champignons peuvent eux aussi devenir résistants aux médicaments courants – avec des conséquences parfois dangereuses. En effet, bien que les infections fongiques soient généralement bénignes, on estime qu’elles entraînent chaque année 1,5 million de décès, en particulier chez les personnes immunodéprimées, explique le Dr Mark Blaskovich de l’Institut de biosciences moléculaires de l’Université du Queensland (UQ), en Australie. De nouveaux médicaments antifongiques ne sont toutefois guère développés ; il est urgent de disposer de plus d’options pour éviter une crise de résistance.

Avec d’autres chercheurs de l’UQ et le Dr Angelo Frei de l’Université de Berne, Blaskovich a donc dirigé une équipe qui a testé l’effet antifongique de 21 composés métalliques. Avec succès : 21 pour cent des composés, qui contiennent entre autres du cobalt, du nickel, différents métaux du groupe du platine et l’élément de terre rare europium, se sont révélés très efficaces contre les infections fongiques. À titre de comparaison, ce chiffre n’était que de 1 % pour les 300 000 composés non métalliques étudiés précédemment, explique Blaskovich.

La croyance largement répandue selon laquelle les métaux sont fondamentalement nocifs pour l’homme n’est que partiellement vraie, explique Frei : « Ce qui est déterminant, c’est quel métal est utilisé et sous quelle forme ». Lors des premiers tests sur des larves, les composés présentant la plus grande activité antifongique ont également montré une faible toxicité, ce qui est encourageant, selon Blaskovich. Il souligne en outre la structure tridimensionnelle des complexes métalliques ; ils pourraient ainsi agir d’une autre manière que les antifongiques existants et surmonter les résistances.

Le groupe de recherche espère maintenant que son travail motivera d’autres groupes à explorer davantage le vaste domaine, mais encore relativement inexploré, des métaux dans les applications médicales.

En savoir plus sur les métaux dans la médecine : le gallium montre des résultats encourageants dans les essais cliniques contre la tumeur cérébrale maligne la plus fréquente chez les adultes.

Au lieu de recourir à la chirurgie ou à la radiothérapie, un nouveau traitement utilise une pâte contenant des isotopes de rhénium contre le cancer de la peau.

Photo: iStock/yalax

énergies renouvelables 2030