Autriche : un plan directeur contre la dépendance aux matières premières

15. décembre 2021 | Marché

L’exploitation des ressources dans le pays doit être étendue. Coopération internationale nécessaire pour l’approvisionnement en gallium et autres métaux technologiques.

La ministre autrichienne des Mines Elisabeth Köstinger (ÖVP) a fait élaborer un « Masterplan Matières premières 2030 » en collaboration avec l’industrie. Celui-ci définit 75 mesures visant à rendre l’approvisionnement en matières premières plus résistant aux crises politiques, aux catastrophes naturelles ou à d’autres événements imprévisibles.

La sécurité d’approvisionnement est également au centre des préoccupations politiques en raison des objectifs ambitieux concernant les énergies renouvelables. Celles-ci doivent couvrir 100 % des besoins d’ici 2030. Actuellement, la part des énergies fossiles est de 67 %.

Les matières premières pour les cellules solaires ou les éoliennes pourraient être en partie extraites en Autriche. L’exploitation minière dans le pays doit donc être renforcée, selon l’agence de presse APA qui cite la ministre. En revanche, pour le silicium, l’indium, le gallium et surtout le germanium, on continuera à dépendre des importations à l’avenir. Pour atteindre les objectifs de développement de l’Autriche, il faudrait quatre fois et demie la production mondiale de germanium, poursuit Mme Köstinger.

Selon le plan présenté, les terres rares, qui proviennent principalement de Chine, sont en outre indispensables à la production d’énergie respectueuse de l’environnement et du climat. Les partenariats pour les matières premières avec les pays riches en ressources doivent donc être encouragés et organisés de manière à ce qu’ils soient avantageux pour les deux parties.

La mise en œuvre des mesures sera examinée dans le cadre d’un suivi annuel et des propositions d’adaptation seront élaborées le cas échéant.

Photo: iStock/FotoGablitz

énergies renouvelables 2030