Sur la route de la Magnet Valley

14. décembre 2021 | Marché

La Mongolie intérieure est le trésor de la Chine pour les terres rares. L’extraction et la transformation doivent être considérablement développées dans les années à venir.

La semaine prochaine, la ville chinoise de Baotou, située dans la région autonome de Mongolie intérieure, accueillera le 13e Baotou China International Forum on Rare Earth Industry. Outre l’annonce de nouveaux projets, des informations sur le développement du secteur sont attendues lors de cette réunion de l’industrie chinoise des terres rares.

La région a de grandes ambitions, écrit le South China Morning Post. D’ici 2025, la quantité de production de matières premières critiques qui y est réalisée devrait être multipliée par cinq. Outre l’extraction et le traitement, la transformation, par exemple en composants pour les voitures électriques, doit également être développée. Ces véhicules nécessitent entre autres des aimants permanents en néodyme, qui sont extraits de la mine de Bayan Obo, à 150 kilomètres au nord de Baoutou. Cette mine est considérée comme le plus grand gisement de terres rares au monde.

La région dispose donc des meilleures conditions de départ pour devenir une « Magnet Valley », comme l’a demandé le maire de Baoutou, Zhang Rui, en faisant allusion à la « Silicon Valley », le bastion californien de l’informatique. La puissance de marché de la Chine s’en trouverait encore accrue, car les aimants permanents, également nécessaires aux éoliennes, proviennent déjà en grande partie de la République populaire. Selon les données de l’Alliance européenne des matières premières (ERMA), leur part dans l’UE s’élève à 98 pour cent.

Photo : Xinhua

énergies renouvelables 2030