Transition énergétique avec une aide céleste

15. août 2022 | Connaissances

Le Vatican veut devenir climatiquement neutre et mise pour cela, outre le photovoltaïque, sur les LED et la mobilité électrique.

Le plus petit État souhaite également devenir le plus vert du monde : il s’agit de la Cité du Vatican. Avec seulement 44 hectares et 618 citoyens, le siège du chef de l’Eglise catholique romaine forme une île dans la capitale italienne, Rome. Le visiteur qui jette un regard attentif sur les vénérables bâtiments peut avoir une surprise, car au Vatican, la tradition et l’innovation se rencontrent sur une toute petite surface. En regardant depuis la terrasse panoramique de la basilique Saint-Pierre, on peut voir des panneaux solaires sur la salle d’audience pontificale. Au total, 2.394 modules solaires couvrent le hall du bâtiment inauguré en 1971. Ils ont été installés dès 2008, sous le pontificat de Benoît XVI, et produisent depuis lors environ 300 mégawattheures d’énergie par an. Les modules ont été offerts par Solarworld de Bonn, le leader du secteur à l’époque.

Vue de la coupole de la basilique Saint-Pierre sur la salle d’audience avec ses plus de 2.000 panneaux solaires.
Photo: iStock/diliananikolova

Des diodes électroluminescentes réduisent nettement la consommation d’électricité

Le successeur de Benoît, le pape François en poste depuis 2013, a prescrit à la cité-État en 2020 d’atteindre la neutralité climatique d’ici 2050. Un défi de taille, car pendant la journée, plusieurs dizaines de milliers de visiteurs affluent dans la basilique Saint-Pierre et les musées du Vatican, ce qui augmente considérablement les besoins en énergie. De nombreux visiteurs des musées prennent le raccourci vers l’attraction principale : la chapelle Sixtine. L’installation d’un éclairage LED a permis de réduire la consommation d’électricité de 90 %. En même temps, les LED permettent aux visiteurs d’avoir à tout moment une vue optimale sur les fresques uniques. Outre une meilleure visibilité, l’accent a été mis sur les aspects de conservation, car les générations futures doivent également pouvoir profiter du chef-d’œuvre de Michel-Ange. Le spécialiste de l’éclairage Osram a été chargé de la conception. L’entreprise propose à tous ceux qui n’ont pas encore eu l’occasion de visiter la chapelle une visite virtuelle sur son site web.

Osram a également fourni la technique d’éclairage de la basilique Saint-Pierre. 780 luminaires équipés de plus de 100 000 LED sont installés dans l’immense édifice religieux. La place mondialement connue qui se trouve devant et les colonades qui l’entourent sont également éclairées par des diodes électroluminescentes. 132 projecteurs à LED assurent un éclairage suffisant pour les messes et autres événements. Par rapport à l’éclairage précédent, ils permettent, grâce à un système de gestion de l’éclairage, de réaliser des économies d’électricité de 70 pour cent.

L’électromobilité est développée

L’engagement pour la protection du climat et des ressources comprend encore de nombreuses autres mesures. Il s’agit notamment d’une meilleure gestion des déchets et de l’eau, qui rend l’exploitation des nombreux jardins nettement plus respectueuse de l’environnement. La transition vers la mobilité électrique est également en cours, avec déjà douze stations de recharge sur le territoire national, construites par le groupe énergétique italien Enel. Le moyen de transport du Saint-Père, connu sous le nom de papamobile, pourrait également être électrique à l’avenir. Henrik Fisker, fondateur de l’entreprise et membre du conseil d’administration du constructeur de voitures électriques qui porte également son nom de famille, a présenté lors d’une audience privée des propositions pour un véhicule sans émissions pour les apparitions publiques de François. Ce véhicule serait basé sur la Fisker Ocean, dont la production devrait débuter en novembre 2022.

Le pape François sur la place Saint-Pierre dans la « papamobile » ouverte, basée sur la Mercedes Benz Classe G. Consommation : près de 15 litres dans la version essence.

Photo : iStock/Birute

Photo de l’article : iStock/ jasonmooy

énergies renouvelables 2030