Semi-conducteurs : Stellantis et Foxconn coopèrent

7. décembre 2021 | Marché

Une collaboration avec l’entreprise taïwanaise est censée garantir l’approvisionnement en composants.

La pénurie de puces informatiques continuera probablement de peser sur de nombreux secteurs économiques l’année prochaine et l’année d’après, a récemment prédit le cabinet de conseil Deloitte. Néanmoins, tous les types de puces ne sont pas concernés. L’ampleur de la pénurie sera en outre moins grave que fin 2020 et cette année. La société de conseil AlixPartners a pronostiqué une perte de chiffre d’affaires de 210 milliards de dollars pour le seul secteur automobile.

Afin de rendre l’approvisionnement en pièces détachées moins sensible aux perturbations à l’avenir, l’entreprise automobile Stellantis – maison mère de Chrysler, Opel et Fiat entre autres – a annoncé la signature d’une déclaration d’intention non contraignante pour la création d’un partenariat avec le Hon Hai Technology Group. Hon Hai est connu au niveau international sous le nom de Foxconn en tant que fabricant à façon pour des clients comme Apple ou Microsoft.

L’objectif du partenariat serait de développer ses propres semi-conducteurs pour Stellantis, mais aussi pour d’autres entreprises. Selon Carlos Tavares, président du conseil d’administration de Stellantis, cette coopération devrait permettre de couvrir 80 pour cent des besoins en semi-conducteurs de l’entreprise.

Foxconn intégrera également les semi-conducteurs dans ses propres véhicules électriques, peut-on lire dans le communiqué de presse publié aujourd’hui. L’entreprise taïwanaise a présenté les premiers modèles en octobre.

Les véhicules électriques ont besoin de beaucoup plus de semi-conducteurs que les voitures équipées d’un moteur à combustion. La fiabilité de l’approvisionnement en ces composants, mais aussi en matières premières comme le lithium pour les batteries et le néodyme pour les moteurs de traction, pourrait devenir à l’avenir un avantage concurrentiel décisif pour les constructeurs automobiles.

Photo: iStock/metamorworks

énergies renouvelables 2030