Les entreprises de défense américaines doivent renoncer aux terres rares chinoises

17. janvier 2022 | Marché

Les entreprises d’armement qui fournissent le ministère de la Défense américain ne seront plus autorisées à utiliser des terres rares chinoises dans leurs produits. C’est ce que prévoit un nouveau projet de loi.

A partir de 2026, les systèmes d’armes du ministère américain de la Défense ne devront plus utiliser de terres rares chinoises, stipule le texte de loi. Des exceptions ne sont possibles que dans de rares cas. Les entreprises d’armement qui produisent pour le compte du Pentagone seraient tenues de révéler l’origine des aimants en terres rares qu’elles utilisent. En outre, le Pentagone devrait constituer un stock stratégique de terres rares, suffisamment important pour couvrir les besoins de l’armée, de l’industrie de la défense et d’autres infrastructures critiques pendant un an en cas de rupture d’approvisionnement.

L’objectif est de protéger les États-Unis contre la menace de pénuries d’approvisionnement en terres rares et de réduire la dépendance vis-à-vis de la Chine dans ce secteur industriel important. De même, la production de terres rares doit être encouragée sur le territoire national. La proposition de loi bipartisane a été présentée vendredi par le sénateur républicain Tom Cotton et le démocrate Mark Kelly, rapporte l’agence de presse Reuters.

La Chine dispose d’un quasi-monopole sur les terres rares, qui sont utilisées non seulement pour les systèmes d’armement mais aussi pour de nombreux autres produits high-tech comme les éoliennes et les moteurs électriques. 80 pour cent des importations américaines de cette matière première proviennent de la République populaire, comme le montre l’United States Geological Survey (USGS) pour 2016 à 2019. Face aux tensions croissantes entre les deux pays, les Etats-Unis cherchent de plus en plus à s’assurer un approvisionnement indépendant en terres rares. En automne, le ministère américain du Commerce a même lancé une enquête pour déterminer si la dépendance vis-à-vis des aimants importés en néodyme-fer-bore (NdFeB) constituait une menace pour la sécurité nationale (nous en avons parlé).

Analystes chinois : « Aucun impact sur l’industrie chinoise des terres rares ».

La loi prévue n’aura aucun impact sur le secteur chinois des terres rares, écrit le journal chinois Global Times en citant l’analyste Liu Enqiao. Selon lui et d’autres experts, les mesures américaines n’affecteraient pas le développement de cette industrie, qui est devenue compétitive au niveau mondial grâce à des technologies abouties et à de faibles coûts.

Photo: iStock/trekandshoot

énergies renouvelables 2030