Problematicum et plagiat – qui a découvert le tellure ?

28. octobre 2021 | Connaissances

Depuis plusieurs siècles, les accusations de plagiat sont un sujet très discuté. La présentation du tellure, une matière première encore nouvelle à l’époque, a également été assombrie par un conflit d’idées à Berlin en 1798.

Lorsque le chimiste allemand Martin Heinrich Klaproth, découvreur de l’uranium, du zirconium et du cérium, a annoncé la découverte de l’élément tellurium à l’Académie des sciences de Berlin le 25 janvier 1798, certains scientifiques ont été scandalisés, car le tellurium avait déjà été découvert.

Chronologie d’un malentendu ?

1781. L’exploitation de la mine d’or Mariahilf, près de Siebenbürgen, dans l’actuelle Transylvanie, n’est pas aussi rentable que prévu. Le chimiste Anton von Ruprecht arrive finalement à la conclusion que l’or doit être combiné avec de l’antimoine pur. Il résume ses conclusions dans une publication intitulée « Ueber den siebenbürgischen gediegenen Spießglanzkönig und ein neues Nagyager Golderz » (À propos de l’antimoine pur et d’un nouveau minerai d’or de Nagyager).

1782. Le chimiste autrichien et professeur de M. von Ruprecht, le baron Franz Joseph Müller von Reichenstein, doute des résultats de son élève. Il examine donc à nouveau les minerais de la mine. Il rejette sa première hypothèse selon laquelle le minerai d’or de Siebenbürgen contient du bismuth sulfuré.

1783. La nature du métal caché dans les minerais d’or reste un mystère. En conséquence, Müller von Reichenstein lui donne le nom de metallum problematicum, ou aurum problematicum ou aurum paradoxum. Le chimiste demande finalement conseil à Torben Olof Bergman, minéralogiste et chimiste suédois très estimé en cette fin du XVIIIe siècle. Bergman commence l’analyse des premiers échantillons, mais en demande d’autres par écrit. Cependant, l’envoi parvient probablement trop tard au Suédois. Bergman meurt en 1784, deux mois après avoir envoyé sa lettre à Müller von Reichenstein.

1785. Deux ans, quatre publications et de nombreuses autres expériences plus tard, Müller von Reichenstein ne parvient pas à identifier la matière première ou à prouver l’existence d’une nouvelle matière première. Les recherches sur le metallum problematicum sont au point mort.

1797. Le célèbre chimiste allemand Martin Heinrich Klaproth est sensibilisé au metallum problematicum par des connaissances. Il demande à Müller von Reichenstein de lui envoyer des échantillons des minerais de la mine de Mariahilf. Klaproth réussit maintenant à isoler la matière première inconnue. Il confirme l’hypothèse de Müller von Reichenstein selon laquelle un nouvel élément est présent ici.

25 janvier 1798. Dans une conférence à l’Académie des sciences de Berlin, Klaproth informe le public de la découverte d’une nouvelle matière première. Il désigne Müller von Reichenstein comme le découvreur, mais se réserve le privilège de donner un nom au nouvel élément. Il choisit le tellure d’après la terre (tellus en latin). « Afin de combler cette lacune dans la minéralogie chimique », lit-on dans la réimpression de son discours sur l’investigation chimique des minerais d’or de Transylvanie de 1803, « je présente ici mes essais et expériences avec ces minerais précieux, dont le résultat principal consiste dans la découverte et la confirmation d’un nouveau métal particulier, auquel j’attribue le nom de tellure emprunté à la vieille terre-mère. »

Martin_Heinrich_Klaproth

Martin_Heinrich_Klaproth

Martin H. Klaproth

1803 : Un échange de lettres contre la querelle des savants

La proclamation de Klaproth suscite l’étonnement et le ressentiment d’une partie du monde scientifique. Enfin, les premières accusations de plagiat apparaissent dans une série de publications hongroises et allemandes. Que s’est-il passé ?

Paul Kitaibel
Paul Kitaibel

Dès 1789, le chimiste hongrois Paul Kitaibel avait découvert l’existence d’un semi-métal inconnu dans la ville minière hongroise de Nagybörzsöny, ici, dans le wehrlite (l’actuel pilsenite). Suivant les conseils de ses collègues, il avait fini par étudier également le metallum problematicum et avait constaté des similitudes entre les métaux trouvés dans les échantillons. Kitaibel avait remis un manuscrit contenant ses découvertes au minéralogiste autrichien Franz Joseph Estner en 1794. Cette information était parvenue à Klaproth en 1796 et il en a pris note.

Klaproth est donc soupçonné d’avoir adopté les recherches de Kitaibel, dont il disposait depuis 1796. Les accusations sont suivies d’un échange de lettres entre les deux scientifiques, qui souhaitent tous deux préserver leur propre honneur ainsi que celui de l’autre.

2 septembre 1803 Klaproth à Kitaibel : « Ce n’est que ces derniers jours que j’ai vu le quatrième numéro de 1803 du Nouveau Mercure Allemand de Weiland, dans lequel, à mon plus grand étonnement, je me trouve accusé, sous le titre : Autres nouvelles de la littérature et de la culture les plus récentes de la Hongrie, de vol pur et simple ; autrement dit, de vous avoir volé la découverte du tellure !! Vous comprendrez, mon cher collègue, que je ne peux en aucun cas laisser passer inaperçue cette insulte à mon honneur et cette atteinte à ma réputation. »

Klaproth affirme ne pas pouvoir se souvenir du contenu du manuscrit contenant les notes de Kitaibel. « Seul, sur mon honneur, et par tout ce qui est sacré pour l’homme vertueux, je vous assure que cet essai n’a pas eu la moindre influence sur mes expériences chimiques sur le tellure. » Il demande donc à Kitaibel une rétractation.

19 septembre 1803 Kitaibel à Klaproth : Kitaibel voit mal ce qu’il devrait rétracter, puisque Klaproth avait en fait été informé des découvertes de Kitaibel. À cela s’ajoute la déception de ne pas avoir été nommé devant l’Académie des sciences de Berlin cinq ans plus tôt.

« J’en étais d’autant plus heureux qu’après tout, j’avais de bonnes raisons d’espérer que vous feriez mention de mon travail lorsque vous annonceriez votre enquête. Lorsque je suis venu à Vienne l’année suivante, ils venaient de lire la nouvelle de votre découverte du tellure, et Estner m’a dit qu’il était très surpris que vous n’ayez fait aucune mention de la nouvelle que je vous avais donnée. »

Cependant, Kitaibel est prêt à croire son collègue qu’il a oublié les découvertes de Kitaibel et affirme « Vous me trouverez toujours prêt à faire tout ce que votre honneur exige et que le mien permet, car je vous crois volontiers. Que vous avez oublié le contenu de mes courriers, que vous avez découvert le tellure sans rien savoir, et que, bien que les prémisses soient vraies et donnent lieu à des conséquences fâcheuses, vous avez été injustement insulté ».

4 octobre 1803 Klaproth à Kitaibel : L’attitude conciliante des scientifiques se poursuit. Klaproth, comme il l’affirme, déteste les querelles savantes « comme le péché ». Il souligne à ce propos qu’il ne revendique pas la découverte du tellure pour lui-même, mais l’attribue à Müller von Reichenstein : « Mais je dois presque supposer que mon traité complet sur le tellure n’a pas été porté à votre connaissance. Sinon, vous ne pourriez pas avoir l’impression que je présume avoir fait la découverte. Je n’ai pas dit cela d’une seule syllabe ; au contraire, j’ai déclaré expressément et spécifiquement que le mérite de la découverte revient à M. Müller von Reichenstein. Peut-on observer le suum cuique plus honnêtement ? Comme je ne me suis nullement approprié cette découverte, il est clair que je n’ai pu non plus dérober cet honneur à personne. »

Convaincu de la sincérité de Klaproth, Kitaibel publie une déclaration en octobre 1803. Cela exonère Klaproth de l’accusation de plagiat : « On est cependant allé plus loin dans les conclusions et on a conclu des circonstances citées que M. Klaproth m’avait emprunté la découverte du tellure, ce que je déclare très injuste et faux pour les raisons suivantes : Pour le moment, le caractère irréprochable de M. Klaproth est une garantie que lui, qui n’a pas besoin de moyens aussi misérables pour accroître ses grands mérites et sa grande renommée, n’était pas capable d’un tel acte ; […] ».

Ainsi se termine ce qui est probablement la controverse sur le plagiat la plus polie de l’histoire. Müller von Reichenstein s’est immortalisé dans les livres d’histoire comme le découvreur du tellure. Cependant, cela aurait tout aussi bien pu être Paul Kitaibel.

Photo: Christian Rewitzer – CC BY-SA 3.0

énergies renouvelables 2030