Pour obtenir un bleu parfait, il faut de l’indium

28. octobre 2021 | Connaissances

L’indium et le manganèse rendent la couleur brillante. La découverte a été faite par hasard.

La recherche et le développement de nouveaux matériaux ne jouent pas toujours en faveur des inventeurs. En 2009, par exemple, le doctorant Andrew Smith et le professeur Mas Subramanian de l’université d’État de l’Oregon étaient en fait à la recherche de nouveaux matériaux pour les composants électriques. Pour ce faire, ils ont chauffé un mélange d’yttrium, d’indium et de manganèse (YIn1-xMnxO3) dans un four à 1 200 degrés Celsius. Le résultat était un nouveau composé d’une couleur bleue brillante, mais qui n’était pas très adapté à l’usage initialement prévu.

Et une autre coïncidence

Subramanian, qui avait auparavant travaillé pour l’entreprise chimique Dupont, a reconnu le potentiel du mélange comme base d’un nouveau pigment de couleur. Les pigments bleus sont utilisés depuis des millénaires, mais ils sont souvent constitués de composants toxiques. Ils perdent également la brillance de leurs couleurs au fil des ans. La nouvelle matière colorante appelée YInMn Blue, Oregon Blue ou Mas Blue est complètement différente. Elle est chimiquement stable, réfléchit la chaleur et absorbe les UV. L’intensité de la couleur peut être contrôlée par le rapport de mélange entre l’indium et le manganèse.

La nouvelle couleur est disponible à l’achat depuis 2016. Selon le professeur Subramanian, elle est idéale pour la restauration d’œuvres d’art, entre autres. Les petits artistes profitent également de cette découverte. La peinture est désormais également vendue sous forme de crayon de cire sous le nom marquant Bluetiful.

Après cette découverte, l’équipe de Subramanian a développé d’autres pigments à base de YIn1-xMnxO3 en ajoutant du cuivre ou du fer. Le nouveau défi consiste à trouver un rouge brillant, stable et réfléchissant la chaleur. Selon les chercheurs, il s’agit de la couleur la plus difficile à produire synthétiquement.

Photo: Oregon State University

énergies renouvelables 2030