Mission ‘Indépendance des matières premières’ : Matamulas (Espagne)

4. janvier 2022 | Connaissances

La dépendance vis-à-vis des importations de terres rares en provenance de Chine continuera à augmenter en raison de l’abandon progressif prévu de la technologie des moteurs à combustion et du développement des énergies renouvelables. De nouveaux gisements de matières premières sont donc recherchés. Métaux-industriels.net présente des candidats prometteurs dans cette série. Du nord du continent, nous nous rendons cette fois-ci au sud, dans la péninsule ibérique.

Selon Vicente Gutierrez Peinador, président de la Confédération nationale des entreprises minières et métallurgiques (Confedem), les gisements de terres rares espagnols font partie des plus importants d’Europe après la Finlande. Les réserves s’élèveraient à 70 000 tonnes. Près de la moitié de cette réserve se trouverait dans la mine de Matamulas, située à l’extrême sud de la communauté autonome de Castille-La Manche.

Le gisement a été découvert dans les années 1990. Il n’a toutefois pas encore été exploité. L’entreprise Quantum Minería, dont le siège est à Madrid, cherche à obtenir l’autorisation d’extraire les terres rares. Les matières premières de Matamulas devraient être exploitées sur une période de dix ans. Selon le chef de projet Enrique Burkhalter, la mine en question présente une forte proportion de praséodyme et de néodyme, des matériaux importants pour les technologies d’avenir comme l’e-mobilité.

Transition énergétique contre la protection de l’environnement
L’exploitation de ces ressources suscite toutefois des résistances sur place, car la région est considérée comme une zone de passage pour le lynx ibérique et l’aigle impérial, deux espèces protégées. De plus, la consommation d’eau supposée importante du projet suscite des inquiétudes. En 2017, le gouvernement (Junta) de Castille-La Manche a finalement rejeté le projet en raison de son impact négatif potentiel sur l’environnement. Quantum Minería a interjeté appel de cette décision, qui a été rejetée par la Cour suprême de la région début 2021. Au journal El País, Burkhalter a résumé la situation comme suit : Todo el mundo quiere tecnología, pero que no toquen su suelo. Traduit librement : Tout le monde veut la technologie, mais il ne faut pas toucher son propre sol.

Matamulas présente un avantage majeur par rapport à d’autres gisements, car les minéraux qui contiennent les matières premières recherchées ne sont pas intégrés dans la roche, de sorte qu’aucun explosif ou produit chimique n’est nécessaire pour les extraire. L’intervention serait donc minimale, selon Quantum Minería. L’extraction se ferait en outre par parcelles, la terre étant excavée jusqu’à une profondeur de deux à trois mètres et transportée vers une installation de criblage. Une fois les minéraux extraits, la terre serait ramenée et le site d’extraction remis en état. Ce n’est qu’ensuite que la parcelle suivante d’un hectare serait traitée. Il ne s’agirait donc pas d’une mine à ciel ouvert, comme c’est le cas pour l’extraction du minerai de fer.

Le fil du dialogue devrait être renoué
Les opposants au projet n’ont pas été convaincus par la référence à un processus d’extraction relativement doux. Quantum Minería veut maintenant réévaluer le projet en concertation avec la junte. Compte tenu de la dépendance croissante vis-à-vis de la Chine, la décision pourrait éventuellement être prise en faveur de l’entreprise. Selon le portail économique Libre Mercado, les investissements pour la région s’élèveraient à 60 millions d’euros et environ 500 emplois seraient créés. Quantum Minería indique en outre qu’il serait possible d’établir une chaîne de création de valeur allant de l’extraction de matières premières à la fabrication d’aimants permanents pour les véhicules électriques et les éoliennes.

Ce serait une bonne nouvelle pour cette région marquée par l’agriculture et l’élevage et qui connaît un taux de chômage élevé. Avec le gisement également inexploité de la montagne Galiñeiro au nord-ouest du pays, l’Espagne pourrait même devenir une superpuissance dans le domaine des matières premières, selon Libre Mercado qui cite l’association espagnole des géologues. L’association estime qu’il est possible d’obtenir jusqu’à 25 pour cent de la production mondiale de terres rares, un avantage inestimable pour l’industrie espagnole. Mais il faudra faire preuve de patience avant de pouvoir exploiter ce potentiel. Le conflit autour de Matamulas va bientôt entrer dans sa neuvième année.

Photo: iStock/aluxum

énergies renouvelables 2030