Le Japon se joint aux contrôles américains à l’exportation de puces électroniques

par | 6. avril 2023 | Politique

L’exportation de technologies de fabrication de semi-conducteurs sera limitée.

Le gouvernement japonais a annoncé qu’il contrôlerait plus strictement à l’avenir l’exportation de certaines technologies et installations de fabrication de semi-conducteurs. A partir de juillet, une autorisation du ministère de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie sera nécessaire pour l’exportation, écrit Nikkei, sauf si elle est destinée à l’un des 42 « pays et régions considérés comme amis ». Selon Handelsblatt, l’UE et Taïwan, le pays phare des puces électroniques, en font partie.

Même si la Chine n’est pas explicitement citée, le Japon s’aligne ainsi sur les contrôles à l’exportation des Etats-Unis. Ceux-ci doivent limiter l’accès de la République populaire aux puces avancées qui peuvent également être utilisées pour des applications militaires et pour le développement de l’intelligence artificielle.

Dix entreprises seraient probablement concernées, dont Tokyo Electron, Screen Holdings et Nikon, selon Nikkei. Alors que le Japon dominait autrefois la production de puces, sa part de marché est aujourd’hui d’environ dix pour cent, écrit Reuters, mais le pays reste un fournisseur important pour la fabrication. Tokyo Electron et Screen fabriquent environ un cinquième des machines de production de puces dans le monde.

Ce n’est que récemment que les Pays-Bas ont rejoint les contrôles à l’exportation américains en invoquant la sécurité nationale. Ce pays européen est le siège d’ASML, un fabricant de systèmes de lithographie hautement spécialisés, indispensables à la production de puces de dernière génération.

Photo: iStock/Ivan-balvan

énergies renouvelables 2030