La stratégie « Mine to Metal » porte ses fruits

29. novembre 2021 | Marché

Australian Strategic Materials produit ses premiers lingots de néodyme en Corée du Sud. Sa propre mine fournit la matière première.

La Chine ne possède pas seulement d’importants gisements de terres rares, mais aussi le savoir-faire nécessaire à leur transformation. C’est également le cas pour la fabrication d’aimants permanents en néodyme, nécessaires entre autres pour les moteurs électriques. Compte tenu de la forte dépendance vis-à-vis de la Chine, des appels à diversifier les chaînes d’approvisionnement de ces composants ont été lancés récemment.

C’est dans ce contexte qu’il faut voir le projet de construction d’une usine de transformation des métaux en Corée du Sud, rendu public en mai. L’usine, exploitée par Australian Strategic Materials (ASM), devrait fournir des métaux stratégiques et des alliages de terres rares à l’industrie sud-coréenne.

Comme annoncé cette semaine, les fours de fusion sont désormais en service et les premiers lingots de néodyme ont été produits. Selon ASM, la pleine capacité de production sera atteinte au second semestre 2022.

ASM qualifie sa propre stratégie, l’intégration de l’extraction et de la transformation de matières premières stratégiques au sein d’un groupe, de « Mine to Metal ». En conséquence, le néodyme qui doit être transformé en Corée du Sud provient principalement de Nouvelle-Galles du Sud, où ASM exploite sa propre mine. Outre les terres rares, celle-ci contient également des gisements de zirconium, de niobium et de hafnium.

Photo: iStock/Oleksii Liskonih

énergies renouvelables 2030