[UPDATE] La mer du Nord, future « centrale électrique verte pour l’Europe »

19. mai 2022 | Marché, Politique

Lors du sommet sur l’énergie éolienne au Danemark, les représentants des gouvernements allemand, danois, néerlandais et belge ont signé une coopération pour l’énergie éolienne offshore et l’hydrogène vert. En développant ensemble l’énergie éolienne, les pays riverains de la mer du Nord veulent contribuer à la réalisation de leurs objectifs de protection du climat et devenir moins dépendants des importations de gaz russe.

L’énergie éolienne est un modèle de réussite au Danemark depuis des décennies. Une grande partie de l’électricité verte ainsi produite devrait être exportée à l’avenir. Afin de faire avancer le développement commun de l’énergie éolienne, le Danemark avait invité hier les chefs de gouvernement d’Allemagne, de Belgique et des Pays-Bas à un sommet sur l’énergie éolienne. Le chancelier Olaf Scholz et le ministre de l’Économie et de la Protection du climat Robert Habeck étaient présents au nom de l’Allemagne. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, la commissaire européenne à l’énergie Kadri Simson et des représentants d’entreprises de tous les pays concernés étaient également présents.

Lors de la réunion, les quatre pays riverains de la mer du Nord ont signé un accord de coopération pour l’énergie éolienne offshore et l’hydrogène vert. Dans ce document, ils ont convenu de développer des projets communs afin d’unir les parcs éoliens et les réseaux électriques auxquels plusieurs États membres sont reliés. La mer du Nord pourrait devenir une « centrale électrique verte pour l’Europe », selon le FAZ qui cite la Première ministre danoise Mette Frederiksen. Robert Habeck a qualifié l’accord de « jalon de la coopération transfrontalière ». Il permettra de renforcer le développement européen des énergies renouvelables et de réduire encore la dépendance vis-à-vis des importations de gaz. De nouveaux potentiels pour l’hydrogène vert seront développés, selon Habeck. Ce gaz, qui est produit sans impact sur le climat à l’aide d’énergies renouvelables, est considéré comme porteur d’espoir pour la transition énergétique et les transports.

Le Danemark veut construire les premières îles énergétiques au monde

Pionnier de l’énergie éolienne, le Danemark a commencé dès la crise pétrolière des années 1970 à exploiter son climat marqué par les brises et les vents pour produire de l’énergie verte. Aujourd’hui, les parcs éoliens terrestres et offshore couvrent près de 50 % des besoins en électricité du pays. Une grande partie des éoliennes du monde entier sont produites par des fabricants danois.

La dernière vision du Danemark est celle des premières îles énergétiques du monde : des nœuds qui concentrent l’électricité de plusieurs parcs éoliens offshore, situés en mer du Nord et en mer Baltique. À partir de 2030, les îles devraient fournir ensemble cinq gigawatts d’électricité, une extension jusqu’à douze GW étant prévue. Rien qu’avec la capacité de cinq GW, cinq millions de foyers peuvent être approvisionnés, écrit Energinet, qui participe au projet – presque deux fois plus que le Danemark. La plus grande partie de l’électricité devrait donc être exportée et le Danemark considère l’Allemagne comme un marché clé, selon la Deutsche Welle (DW).

Une déclaration d’Ursula von der Leyen sur la rencontre d’hier peut être consultée ici.

Photo : iStock/fokkebok

énergies renouvelables 2030