Le germanium : un élément écrit l’histoire de la musique

28. octobre 2021 | Technologies

Que serait la musique rock sans guitares bruyantes et distordues ? Du moins, on s’ennuierait beaucoup plus. Mais comment sont créés ces sons, dont beaucoup sont devenus légendaires comme le riff de guitare de « (I can’t get no) satisfaction » des Rolling Stones ? Et qu’est-ce que l’élément germanium a à voir avec ça ?

Les premières enceintes et premiers amplificateurs pour guitares électriques n’étaient pas encore au même niveau de son et de volume que les appareils d’aujourd’hui, qui ont plusieurs centaines de watts de puissance musicale. Le fait de les mettre à plein volume ou de les traiter de manière inappropriée a entraîné un changement radical du son ; ils ont commencé à se déformer. Cependant, cela a également créé des sons harmoniques qui, utilisés de manière créative, ont permis de créer de nouvelles sonorités. Certains musiciens en ont profité dès les années 1940 et ont utilisé sciemment la distorsion dans leurs morceaux.

Cependant, c’est plutôt involontairement que le musicien de studio américain Grady Martin a découvert une autre façon de produire des sons déformés en 1961. En enregistrant « Don’t Worry » de Marty Robbins, il a accidentellement utilisé un préamplificateur défectueux de la console de mixage. Le son produit était fortement compressé et légèrement sciant, mais il a pu être enregistré. Martin a enregistré la chanson instrumentale « The Fuzz » la même année, en utilisant le même amplificateur défectueux. Le titre, qui dérive de « fuzzy » (duveteux), décrit très bien l’effet produit. Ce son a ensuite été copié par d’autres groupes.

De l’autre côté de l’Atlantique, Dave Davies, guitariste du groupe anglais The Kinks, a détruit les haut-parleurs de son ampli à guitare avec des lames de rasoir pour rendre le son plus brutal. On l’entend bien sur « You Really Got Me », par exemple. C’était en 1964 et ce n’est plus nécessaire aujourd’hui. Parce qu’à l’époque, le fabricant Gibson avait déjà reconnu les signes du temps et emballé l’« effet fuzz » dans une pédale de sol. Le « Maestro Fuzz » a été développé par Glenn Snoddy, qui, en tant qu’ingénieur du son, était responsable des enregistrements de « Don’t Worry ».

Dans le « Maestro Fuzz », s’activent plusieurs transistors en germanium, un métal technologique rare qui a été détecté pour la première fois en 1886. Le premier transistor du dispositif augmente le volume du signal d’entrée de telle sorte qu’il ne peut plus être traité par le second transistor. Le signal est partiellement coupé dans le processus. Cet overdrive crée des harmoniques qui, avec le reste du signal d’entrée, produisent le son souhaité.

Vintage, mais adapté à l’avenir

Le dispositif à effet de Gibson n’a pas connu de succès commercial au début. Ce n’est qu’en 1965 que les Rolling Stones l’ont rendu vraiment populaire, avec le célèbre riff de guitare de « (I Cant Get No) Satisfaction ». Si cela n’avait tenu qu’à Keith Richards, le compositeur, la chanson aurait été très différente. Le son du « Maestro Fuzz » lui a servi de substitut lors de l’enregistrement de la chanson aux studios RCA à Hollywood. Richards voulait réenregistrer « Satisfaction » à une date ultérieure, et la guitare distordue devait alors être remplacée par une section de cuivres. Les souhaits de Richards n’ont finalement pas été pris en compte et la chanson est sortie en tant que single. Le reste appartient à l’histoire.

D’autres fabricants se sont également essayés aux pédales d’effets et ont également misé sur des transistors au germanium. Le « Fuzz Face » de la société britannique Dallas Arbiter a joui d’une grande renommée. La pédale au sourire sympathique a été utilisée de façon virtuose par Jimi Hendrix. En raison de l’absence de normalisation, les propriétés sonores des composants utilisés se modifiaient en cours de fonctionnement, par exemple sous l’effet de la chaleur.  Hendrix avait donc toujours tout un arsenal de ces pédales à portée de pied.

À la fin des années 60, les transistors au silicium ont remplacé le germanium ; ils étaient moins sensibles et leur son était plus constant. Néanmoins, les pédales au germanium connaissent aujourd’hui un renouveau parmi les groupes inspirés par le son vintage des années 60 et 70.

Aussi important que le germanium ait été pour l’histoire du rock’n’roll, il l’est maintenant pour les technologies futures. Les revêtements de germanium peuvent augmenter l’efficacité et la durée de vie des cellules solaires. Il est également utilisé comme matériau porteur pour les modules solaires en arséniure de gallium. Le germanium est également utilisé dans des applications optiques et dans la production de fibres optiques, comme les câbles à fibres optiques. Ainsi, dans un monde de plus en plus interconnecté, où l’on cherche des moyens de réduire les gaz à effet de serre, on peut supposer que la demande de ce métal technologique va continuer à croître.

Remarque : les liens sur YouTube renvoient à des chaînes manifestement officielles des détenteurs de droits.


énergies renouvelables 2030